La crise est finie !

Selon Jérôme Cazes, le directeur général de la Coface, les chiffres sont formels, la crise est finie. En témoignent les encours de crédit dans le monde et le repli des défaillances d’entreprises en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La crise est finie !
Jérôme cazes, directeur général de la Coface

Les indicateurs repassent au vert et la sortie de crise se profile. Cette assertion, c’est le directeur génral de la Coface qui l’a émise lors d’une conférence organisée par Xerfi sur le thème de la finance face à l'emploi. Pour Jérôme Cazes, cette crise finissante, c’est celle du crédit avec un retour des encours à un niveau quasi normal. Mieux, les défaillances d’entreprises, surtout les PME et ETI, se stabilisent depuis quelques mois et sont même en baisse selon les chiffres qui seront publiés demain par l’assureur-crédit. Toutefois, « nous ne sommes pas encore revenus au niveau d’avant la crise », prévient Jérôme Cazes qui tempère : « cette stabilisation de la situation des entreprises est un signal positif pour l’économie.

Ce repli couplé à d’autres indicateurs conjoncturels corrobore une reprise plus globale de l’économie, prélude à un assainissement de l’économie. Faut-il s’en réjouir pour autant ? Oui, mais pas en Europe et pas longtemps, prévient Jérôme Cazes. Selon les mesures réalisées, alors que le reste du monde est revenu à ses niveaux d’activité avant 2008, il faudra à l’Europe quatre ans pour atteindre ses niveaux d’avant crise.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Réguler avant qu’il ne soit trop tard

Pire, l’embellie peut potentiellement être de courte durée si rien n’est fait, car selon le patron de la Coface, les cycles de crise se raccourcissent. Alors qu’une crise intervient en moyenne tous les sept ans, celle de 2008 est intervenue 5 ans après l’éclatement de la bulle Internet (2001-2003) et la prochaine pourrait intervenir d’ici à 3 ans. Une d’autant plus mauvaise nouvelle que chaque crise augmente la déperdition de croissance : 3% de PIB mondial perdu dans une crise habituelle, 6% pour celle de 2008 et éventuellement 8% pour la prochaine.

Pour éviter cette redite, l’enjeu est bien d’éradiquer les racines du mal : la spéculation et ses véhicules privilégiés, les banques d’affaires, ces passagers clandestins des banques de crédit. La spéculation : « un poison, car elle détruit la confiance dans le marché.» La régulation comme anti-poison ? Oui, mais à condition « d’éviter les « mesures globales, simplistes et populistes », à l’image de la taxation des banques, pénalisant autant les banques d’affaires que les banques de dépôt et de crédit par exemple…

En tout état de cause, si rien n’est fait pour assainir la situation, l’Europe sera en première ligne pour absorber la prochaine crise et, dans ce cas, prophétise Jérôme Cazes, « L’Europe c’est le Bengladesh face au réchauffement climatique, la prochaine crise submergera ses entreprises ! ».

0 Commentaire

La crise est finie !

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS