Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La Cour suprême du Brésil autorise la vente des gazoducs de TAG à Engie

, , , ,

Publié le , mis à jour le 07/06/2019 À 07H46

Fin du suspense pour Engie au Brésil. Après avoir gelé l'opération, la Cour suprême fédérale du Brésil a voté jeudi 6 juin pour autoriser la vente à Engie du réseau de gazoducs TAG (Transportadora Associada de Gás) de Petrobras. L'accord avait été annoncé en avril pour 8,6 milliards de dollars.

La Cour suprême du Brésil autorise la vente des gazoducs de TAG à Engie
Engie a informé la semaine dernière la Cour suprême fédérale avoir déjà levé 3 milliards de dollars à l'étranger pour racheter TAG.
© DR

La Cour suprême fédérale du Brésil a estimé jeudi 6 juin que les privatisations d'entreprises publiques ne nécessitaient pas un feu vert du parlement, une décision qui va permettre à Petrobras de finaliser la vente de TAG (Transportadora Associada de Gás), le réseau de gazoducs de la compagnie brésilienne, au français Engie.

La vente de TAG débloquée

À la lumière de la décision de la Cour suprême, l'un de ses juges, Edson Fachin, a inversé l'un de ses avis et annulé le gel de la vente de TAG à Engie, annoncée en avril pour 8,6 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros).

Ce jugement va aussi permettre à Petrobras d'avancer dans son projet de cessions de huit raffineries, dont il espère retirer environ 15 milliards de dollars pour contribuer à ses efforts de désendettement.

Il s'agit d'une victoire d'ampleur pour le groupe pétrolier brésilien et pour le gouvernement du président Jair Bolsonaro, qui a fait des privations l'un des fers de lance de sa politique économique dans le but d'alléger la dette publique du Brésil.

Le ministre de l'Économie, Bento Albuquerque, a salué la décision de la Cour suprême, déclarant dans un communiqué qu'elle apportait de la "sécurité" au marché.

Engie a déjà levé 3 milliards de dollars à l'étranger pour le rachat

En juin 2018, un juge de la Cour suprême, Ricardo Lewandowski, avait rendu un avis préliminaire selon lequel "la vente de titres d'entreprises publiques, d'entreprises à capitaux mixtes et de filiales nécessite une autorisation législative préalable".

D'importantes ventes d'actifs avaient toutefois été ensuite approuvées par la Cour supérieure de justice (STJ), une juridiction légèrement inférieure à la Cour suprême fédérale, et par le conseiller juridique du gouvernement.

Edson Fachin avait publié en mai un avis confirmant la décision de son homologue Ricardo Lewandowski et qualifié le jugement de la STJ de contradictoire avec les positions exprimées par la Cour suprême.

Engie a informé la semaine dernière la Cour suprême fédérale avoir déjà levé 3 milliards de dollars à l'étranger pour racheter TAG lorsque le tribunal a décidé de suspendre l'opération.

Avec Reuters (Ricardo Brito; Jean Terzian et Bertrand Boucey pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle