L'Usine Aéro

La Cour des comptes tire à boulets rouges sur l’Onera

Olivier James , , , ,

Publié le

La Cour des comptes tance l’Onera sur sa gouvernance, son organisation interne et ses financements. Un électrochoc pour l'organisme de recherche aéronautique et spatial qui cherche à se moderniser.

La charge est rude. Dans un document de 76 pages rendu publique lundi 7 septembre, la Cour des comptes épingle dans un luxe de détails l’Onera, le centre français de recherche aérospatial. Tout y passe : des dysfonctionnements dans les instances de gouvernance et l’organisation interne, une situation financière délicate, une absence de réflexion stratégique, une faible implication de la tutelle (au premier chef le ministère de la Défense)… C’est un document à charge que les sages de la rue Cambon ont établi vis-à-vis d’un organisme qui n’est pas pour rien dans la renommée de l’aéronautique française.

Impossible d’évoquer l’ensemble des griefs tant ils sont nombreux. Parmi les principaux points soulevés, celui de la gouvernance est mis en avant. La Cour des comptes pointe du doigt les "nombreuses anomalies [qui] caractérisent le fonctionnement du conseil d’administration (absentéisme, transmission des procès-verbaux très au-delà du délai réglementaire, délais de convocation restreints)". Le ministère de la Défense en prend pour son grade, la Cour évoquant "la faible implication de la tutelle, dans sa mission d’orientation, de supervision et de contrôle". Entres autres.

 

La belle endormie en passe de se réveiller ?

Au vu de cette escadrille de reproches, on imagine le pdg de l’Onera, Bruno Sainjon, pris au dépourvu. Erreur : "Je souscris à la majorité des constats qui figurent dans ce rapport et des recommandations qui y sont associées", écrit Bruno Sainjon dans un courrier daté du 15 juillet. S’il fournit 11 pages de réponses points à points marquant parfois des désaccords, il reconnaît d’entrée de jeu "la situation financière délicate de l'office qui fait face à une diminution de ses recettes". L’Onera affronte, à la fois, une diminution prononcée du volume de contrats avec les entreprises privées et une obsolescence marquée de certains de ses équipements.

Le patron de l’Onera rappelle que "plusieurs chantiers d'organisation administrative, scientifique ou immobilière […] ont vocation à s'inscrire dans les orientations générales définies dans le futur contrat d'objectifs et de performance qui pourrait être signé entre l'Etat et l'ONERA avant la fin de l'exercice 2015". Une manière de dire que le dirigeant a conscience de certains dysfonctionnements et qu’il va s’appliquer à y remédier.

Bruno Sainjon sera-t-il le grand orchestrateur de la modernisation de l’Onera ? Rappel utile : il est arrivé à la tête de l’organisme en mai 2014, quand le document de la Cour des Comptes concerne la période 2008-2013. Son désir, lors de sa nomination, de réveiller la belle endormie qu’est l’Onera, pourrait prendre une nouvelle tournure. Il avait appelé à la rescousse l’Etat, en novembre 2014, en demandant un plan de soutien de 218 millions d’euros pour moderniser des souffleries du site historique de Modane (Savoie) qui datent de l’après-guerre.

Olivier James

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

09/09/2015 - 14h51 -

Avec d'autres étudiants ingénieurs, on avait détourné une chanson de Joe Dassin: "Onera... Où tu voudras, quand tu voudras,.."
Quelle magnifique réputation scientifique et technique!

Quand on ne sait pas à quoi a servi (et peut servir) l'Onera ou le CNRS, etc., on trouve toujours que ça coute cher "une danseuse" (surnom donné en coulisse aux organismes de Recherche en France, qu'ils soient publics ou intégrés aux entreprises privées)

Au contraire: avec 3% de chômage, l'Allemagne montre ce que la Recherche, bien organisée, bien dotée, reliée de manière ténue aux entreprises et aux décideurs officiels, peut offrir à un pays - qui a instauré le dialogue depuis longtemps et travaille plus à innover qu'à casser les prix de revient.

Motivation: voulez-vous que la DLR (concurrent allemand de l'Onera) devienne le "maître à penser" unique d'Airbus?...
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2015 - 13h23 -

http:/www.usinenouvelle.com/article/la-cour-des-comptes-tire-a-boulets-rouges-sur-l-onera.N348439#com50094052dea788ebd8c9100ac89a5a6d

Tout ces fait remonte à la présidence de de N.Sarkozy, et sont sans rapport avec les problèmes de l'ONERA
Répondre au commentaire
Nom profil

08/09/2015 - 19h31 -

Où est le problème dans cette gabégie? Comme le dit si bien notre merveilleux président, tout cela ne coûte rien c'est l'état qui paye!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte