Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La couche d’ozone donne des signes de guérison

Publié le

Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique tend à se résorber. Les premier signes de guérison ont été détectés par une équipe du MIT, presque 30 ans après la signature du protocole de Montréal qui bannissait l’usage des chlorofluorocarbones (CFC) dans les réfrigérateurs, nettoyages à sec et diverses bombes d’aérosols.

La couche d’ozone donne des signes de guérison © Capture Ecran Youtube Science

Il y a presque 30 ans, la signature du protocole de Montréal bannissait l’usage des chlorofluorocarbones (CFC), présents notamment dans les réfrigérateurs et les pulvérisateurs. La présence de ces substances dans des nuages stratosphériques, combinée avec le froid et la lumière solaire, était identifiée comme le principal responsable de la réduction de la couche d’ozone autour de la planète. Des chercheurs viennent de confirmer que ces interdictions ont produit leur effet.

Une baisse significative

La surface du trou dans la couche d’ozone de la stratosphère a diminué de 4 millions de km2 entre 2000 et 2015, indique l’équipe du MIT qui a publié ses résultats dans la revue Science.

Les chercheurs se basent sur les mesures réalisées par ballons et satellites, couplées avec des calculs de simulation. Le trou dans cette couche protectrice (elle absorbe une grande partie du rayonnement UV) est un phénomène saisonnier qui atteint chaque année un maximum d’environ 20 millions de km2 en octobre.

La couche d’ozone avait déjà donné des signes d’amélioration dans les années passées. Mais jusqu’ici, des doutes persistaient sur la réalité de la tendance du trou à se résorber. En octobre 2015, une surface record de 25 millions de km2 avait même été observée !

L’étude du MIT a montré que cette "rechute" était en fait liée à l’éruption d’un volcan chilien, qui a accru le phénomène en envoyant des particules dans l’atmosphère. Hors de tout événement ponctuel, l’interdiction des CFC est bien la cause d’une diminution sensible du trou, qui pourrait disparaître au milieu du siècle, espèrent les chercheurs.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle