Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

La coquille Saint-Jacques paie le prix de stocks en hausse

Franck Stassi , ,

Publié le

Les prix de la coquille Saint-Jacques française chutent à la criée et sur les marchés de gros. La demande n’a pas suivi la hausse de l’offre, notamment à Noël.

La coquille Saint-Jacques paie le prix de stocks en hausse
Les coquilles françaises ont eu du mal à se vendre lors des fêtes de fin d'année.
© Comité des pêches

En août dernier, les images d’affrontements violents, en pleine mer, entre pêcheurs français et britanniques de coquilles Saint-Jacques avaient marqué les esprits. En cause : des périodes de pêche différentes destinées à préserver la ressource. Une trêve a été signée entre les deux parties. Cette bataille rangée s’est déroulée dans un contexte de stocks au plus haut… suivi d’une chute des prix. "C'est assez frustrant de voir les efforts de gestion qui ne sont pas récompensés par le marché", regrettait, fin février, Jérôme Lafon, délégué pour les filières pêche et aquaculture de l’établissement public France AgriMer.

Depuis le début de la campagne 2018-2019, qui a débuté le 1er octobre, les volumes débarqués se sont situés au-dessus de la moyenne. En décembre 2018, le prix moyen a perdu 15% par rapport à la campagne précédente. La coquille Saint-Jacques de Manche Est s'est ainsi vendue en moyenne à 2,79 euros le kg en criée, contre 3,28 euros le kg en décembre 2017. Le mois de décembre représente pourtant le pic de la consommation.

Depuis le début de l’année, "la situation se dégrade encore fortement, et dans des proportions supérieures aux difficultés habituellement rencontrées sur le mois de janvier ou février". Le prix moyen dans les criées de Port en Bessin (Calvados) ou de Dieppe (Seine-Martime) est descendu autour de 2,1 euros le kg, perdant de nouveau près d'un quart de sa valeur. La coquille normande est en effet la plus touchée par la chute des prix. Sur le marché de Rungis, les cours de gros pour la coquille Saint-Jacques fraîche entière blanche ont perdu 25% en un an, à 3 euros le kg. Importé, le mollusque voit ses prix grimper de 6%, à 27,50 euros le kg selon les données du Réseau de nouvelles des marchés.

Des stocks orientés à la hausse

Une information réjouit en revanche les professionnels de l’écosystème maritime : la reconstitution de la ressource. En octobre, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) estimait ainsi, pour l’année 2018, la biomasse exploitable de coquilles à 63 600 tonnes en baie de Seine, entre Barfleur (Manche) et le cap d’Antifer (Seine-Maritime). Des stocks en hausse de 30,9% entre 2017 et 2018. Les volumes étaient deux fois supérieurs au précédent record de 2012. En baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), la ressource a, elle, atteint 25 000 tonnes, un record depuis 1973. Seul l’extérieur de la baie de Seine, soumis à une concurrence internationale plus forte, a vu ses stocks lourdement baisser (-58%).

"Ces nouveaux records confirment la tendance plutôt favorable observée depuis le début des années 2000, en lien avec la gestion vertueuse mise en place par les pêcheries françaises", se félicitait alors l’Ifremer. Parmi les mesures prises figurent la diminution de l’effort de pêche, ainsi que l’amélioration de la sélectivité des engins grâce à l’utilisation de nouveaux anneaux de drague. Présente sur des fonds marins sablo-vaseux de 10 à 80 mètres de profondeur, la coquille Saint-Jacques se reproduit de mai à septembre, ce qui explique l’ouverture de la période de pêche en octobre.

Les restaurateurs attendus

Face à la chute des prix, "il faut faire en sorte que les qualités des produits français soient bien valorisées", estime Jérôme Lafon. Le Label Rouge peut ainsi être attribué aux coquilles de Baie de Seine. A l’instar de nombreux autres produits, des efforts sont aussi attendus en direction de la restauration : "il s’agit d’un fort débouché, mais le produit est difficile à cuisiner". On ne sait pas encore si les candidats de "Top Chef" comptent s’en emparer…

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/04/2019 - 16h46 -

Avec un Brexit dur....ça nous promet d'autres commentaires
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle