Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La conférence environnementale fait l’impasse sur l’énergie

Ludovic Dupin , ,

Publié le , mis à jour le 11/09/2013 À 17H25

La deuxième conférence environnementale se tiendra les 20 et 21 septembre, en présence du président de la République et de 14 ministres. 100 % environnement, elle n’abordera pas les sujets énergétiques.

La conférence environnementale fait l’impasse sur l’énergie © ~Eric - Flickr - C.C.

La première grande sortie médiatique du nouveau ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Philippe Martin, a été l’occasion de préparer la deuxième conférence environnementale. Elle se tiendra les 20 et 21 septembre au palais d’Iena, l’antre du Conseil économique, social et environnemental. Aujourd’hui, le ministre se félicite tout d’abord du bilan de l’année passée.

Selon lui, sur 84 mesures prises lors de la première conférence, 24 ont été totalement réalisées et 39 sont engagées. À titre d’exemples, il met en avant la tenue du débat national sur la transition énergique (DNTE), la désignation d’un délégué interministériel pour la fermeture de Fessenheim, le maintien du moratoire sur les OGM, ou encore l’interdiction du Bisphénol A.

La seconde conférence environnementale réunira plus de 600 participants, dont 14 ministres. Comme l’année dernière, elle sera ouverte par le président de la République et clôturée par le Premier ministre. Elle s’articulera autour de 5 tables rondes : économie circulaire, emplois et transition écologique, politique de l’eau, biodiversité marine, éducation à l’environnement.

Projet de loi sur l’énergie reporté au printemps 2014

La grande nouveauté est l’éviction des sujets énergétiques, qui étaient au cœur des débats lors de la première édition, en particulier autour du nucléaire et des gaz de schiste. Le ministre se justifie : "Le temps de la concertation à travers le DNTE est passé. Le temps vient d’une prise de responsabilités par le gouvernement pour produire un texte de loi."

Le projet de loi sur l’énergie, qui était attendu fin 2013, sera finalement présenté au printemps 2014, sans doute après les élections municipales. La faute à un agenda parlementaire surchargé. Quant à la loi, elle sera votée fin 2014. Un décalage qui ne remet pas en cause, selon Philippe Martin, la fermeture de la centrale de Fessenheim fin 2016.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

11/09/2013 - 22h47 -

Le premier sujet à discuter ne serait-il pas : les écologistes politiques ,forts de leurs 3%, ont-ils leur place au gouvernement ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle