Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La compétitivité des entreprises passe aussi par celle de l’Etat

, , ,

Publié le

La compétitivité des entreprises passe aussi par celle de l’Etat © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Demandez à un industriel ce qui l’embête le plus, et il vous répondra sans coup férir :  "Le coût du travail ". Demandez-lui de préciser ce qu’il entend par là et, derrière ce fameux coût du travail, se déversent tous les problèmes qu’il a à gérer au quotidien. Les tracasseries administratives, les charges salariales, les contrôles fiscaux, les difficultés d’application du crédit impôt recherche, les contraintes environnementales comme Reach, les pénuries de compétence… J’en passe.

On pourrait en rire, reprocher aux industriels qu’ils ne savent pas bien cerner leurs maux, qu’ils mélangent tout… Mais ce serait sans doute trop simple, car le malaise des patrons, lui, est réel. Qu’on le veuille ou non, le coût du travail aujourd’hui pour un chef d’entreprise, c’est le réceptacle de tous ses problèmes.

Et que nous dit-il en faisant cet amalgame ? Que la complexité de l’environnement économique dans lequel il évolue devrait être contrebalancée par la simplicité de notre administration. Que les incertitudes liées à son activité devraient être pondérées par la stabilité de son environnement juridique. Que les bâtons qu’on lui met dans les roues pour accéder aux marchés étrangers, il ne devrait pas les affronter dans son propre pays.

Ce que nous disent les patrons finalement, c’est que la compétitivité de leur entreprise passe aussi par celle de l’État. Cela peut paraître étonnant mais la non-performance du service public constitue un véritable coût caché pour l’industrie. Elle pèse sur sa rentabilité.

Et si les patrons se sont mis en colère ces dernières semaines face à des menaces de prélèvements confiscatoires, c’est aussi à cause de cela. Pour dire qu’avant de lever de nouveaux impôts, l’État devrait faire l’effort de se restructurer. À l’heure où Louis Gallois, le commissaire général aux investissements, est en train de boucler son rapport sur la compétitivité, gageons que ce sujet y sera abordé.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

23/10/2012 - 10h35 -

C'est la crise. A chacun ses problèmes, "ma pauv'dame". Les tracasseries administratives sont le lot de tous les français - pour un petit salarié, qu'il ait accès à Internet ou pas, il faut sacrifier des jours de congés pour les résoudre, ce qui est proportionnellement plus gênant que de dédier des heures pour une entreprise. Cela doit être amélioré! Exemple: les britanniques sont moins paperassiers que nous - comment font-ils? Les contrôles fiscaux ne sont pas nouveaux, mais un "contrôle continu" pourrait être instauré ... en acceptant plus de transparence coté entreprise? Le CIR est une aubaine, il ne faut pas que ces "choux à la crème" deviennent une habitude, sans contrôle ni justification (il y a déjà eu des abus qui, magnanimement, n'ont pas été réprimés). L'environnement est notre socle de vie. Quand à la pénurie de compétences, ne vient-elle pas de la demande systématique de "forts" diplômes et d'expériences "trop pointues"?...elle se résoudrait par la formation interne (au besoin subventionnée).
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle