La Compagnie Montagne d'Or compte encore faire évoluer son projet pour le voir aboutir

Face aux oppositions autour du projet minier Montagne d’Or, en Guyane, ses promoteurs rappellent qu’ils sont prêts à le faire évoluer de nouveau, à condition qu’il demeure rentable. La Commission nationale du débat public appelle à davantage de transparence.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Compagnie Montagne d'Or compte encore faire évoluer son projet pour le voir aboutir
Le projet Montagne d'Or vise l'exploitation d'une mine aurifère en Guyane, dix ans après l'abandon du projet Montagne de Kaw.

La Compagnie Montagne d’Or (CMO) ne se fixe pas de délai pour aboutir, a rappelé son président, Pierre Paris. L’entreprise, portée par le russe Nordgold et le canadien Colombus Gold, a jusqu’au 7 décembre pour indiquer si elle vise toujours l’exploitation durant douze ans (dans le projet actuel, de 2022 à 2033) d’une mine aurifère sur un espace de 800 hectares, près de Saint-Laurent-du-Maroni.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Au terme d’une consultation de quatre mois, de mars à juillet 2018, sur ce projet qui doit mobiliser 752 millions d’euros d’investissement et générer 750 emplois durant l’exploitation, "le débat ne paraît pas avoir fait bouger les lignes. Il semble même les avoir radicalisées", observe la Commission nationale du débat public (CNDP).

"Le débat public a mis en évidence la profondeur de la fracture que celui-ci provoque au sein de la société guyanaise et l’existence de forces d’opposition particulièrement déterminées avec lesquelles l’industriel comme les autorités publiques devront compter en cas de poursuite", ajoute-t-elle. La CMO s’estime quant à elle "confiante" envers les pouvoirs publics pour faire respecter la loi. "On sait bien qu’on n’aura jamais l’unanimité, mais l’important est que la majorité des Guyanais soit convaincue", lance Pierre Paris.

Un manque de transparence ?

Dans son compte-rendu, la Commission nationale du débat public recommande à la Compagnie Montagne d’Or d’être davantage transparente, ainsi qu’être plus précise sur la gestion des risques – un conseil qui s’applique aussi aux services de l’Etat. "Nous nous sommes engagés à respecter les réglementations environnementales les plus contraignantes, au-delà des normes françaises", répond Pierre Paris, qui indique que plus de 60 millions d’euros ont déjà été engagés depuis les premières études.

En question lors du débat, le recours au cyanure permet, selon le chef d’entreprise, d’employer un matériau qui peut être détruit, contrairement au mercure. "En l’absence d’une structure portuaire adaptée sur le fleuve Maroni, le cyanure devrait être débarqué à Dégrad des Cannes, à Cayenne. Le trajet routier jusqu’au site serait alors de plus de 350 km", observe la CNDP. Un travail de réflexion sera engagé avec les transporteurs, répond la CMO. La CNDP insiste sur la nécessité, pour le porteur du projet, de "tester dans toute la mesure du possible plusieurs hypothèses sur les éléments sensibles."

"Pas de blocage" suite aux déclarations de François de Rugy

Au cœur d’une opposition entre Emmanuel Macron, qui s’était déclaré favorable lorsqu’il était ministre de l’Economie, et l’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, le projet Montagne d’or a été remis en cause, mercredi 5 septembre, par le nouveau ministre chargé de l’Ecologie. François de Rugy, avait indiqué que Montagne d’Or "ne pouvait être réalisé tel qu’envisagé".

"On nous dit qu’en l’état actuel, le projet ne peut aboutir. Nous pouvons travailler avec l’ensemble des parties prenantes pour améliorer ce projet. Nous allons avancer, et nous ne voyons pas de blocage du projet", indique Pierre Paris, qui se déclare également prêt à ouvrir le capital de l’entreprise à d’autres investisseurs. Les amendements qui seront apportés au projet devront toutefois respecter le principe de rentabilité, insiste-t-il.

0 Commentaire

La Compagnie Montagne d'Or compte encore faire évoluer son projet pour le voir aboutir

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS