L'Usine Auto

La Commission européenne pourrait demander des concessions à PSA et Fiat-Chrysler

, , , ,

Publié le , mis à jour le 09/06/2020 À 07H59

La Commission européenne va-t-elle valider le projet de fusion entre PSA et Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) ? L'institution serait inquiète du poids des deux groupes automobiles dans les petits véhicules utilitaires. Elle doit terminer son examen préliminaire le 17 juin.

La Commission européenne pourrait demander des concessions à PSA et Fiat-Chrysler
Une fusion entre PSA et Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) donnerait naissance au quatrième groupe automobile mondial. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé
© STEPHANE MAHE

La Commission européenne serait préoccupée par la part de marché élevée qu'aurait le groupe issu de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) dans les petits utilitaires, a appris Reuters de sources proches du dossier. L'exécutif européen pourrait ainsi demander aux deux groupes automobiles des concessions pour autoriser leur mariage à 50 milliards d'euros.

La Commission doit finir son examen préliminaire le 17 juin

PSA et Fiat-Chrysler auraient été informés de ces inquiétudes des services européens de la concurrence la semaine du 1er juin. Si les deux groupes ne parviennent pas à dissiper ces craintes dans les deux jours suivant cette notification puis refusent de proposer des concessions d'ici mercredi 10 juin, la date butoir conformément au calendrier des procédures de l'UE, la Commission pourrait ouvrir une enquête de quatre mois sur leur projet de fusion une fois terminé son examen préliminaire.

Les deux entreprises font donc face à un calendrier serré. L'exécutif européen, qui entend terminer cet examen préliminaire au plus tard le 17 juin, a refusé de s'exprimer sur le sujet, tout comme FCA et PSA.

Une co-entreprise entre PSA et FCA existe déjà sur les utilitaires

Les deux constructeurs assemblent déjà l'essentiel de leurs utilitaires via une co-entreprise baptisée Sevel, à Atessa en Italie. Ce site est la plus grande usine d'assemblage d'utilitaires en Europe et produisait 1 200 véhicules par jour avant les perturbations provoquées par la crise du Covid-19. Il pourrait ainsi être techniquement difficile pour PSA et FCA de se séparer d'activités qui se chevauchent.

Leur projet de fusion vise à s'adapter aux bouleversements du secteur automobile, qui nécessitent de lourds investissements avec l'essor des véhicules électriques et le durcissement des règles en matière de pollution, sur fond de déprime du marché aggravée par la crise sanitaire. L'opération, dont la finalisation est prévue au premier trimestre 2021, donnerait naissance au quatrième groupe automobile mondial.

Avec Reuters (Foo Yun Chee, avec Giulio Piovaccari à Milan et Sarah White à Paris ; version française Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte