Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La coentreprise Airbus Safran Launchers parée à faire décoller Ariane 6 en 2020

, , , ,

Publié le , mis à jour le 01/07/2016 À 07H56

Airbus Group et Safran ont finalisé la constitution de leur coentreprise Airbus Safran Launchers. Le nouveau leader européen des lanceurs spatiaux peut désormais se concentrer sur la lancement d'Ariane 6, prévu pour 2020.

La coentreprise Airbus Safran Launchers parée à faire décoller Ariane 6 en 2020 © Airbus Safran Launchers

Safran et Airbus ont bien finalisé la création de leur coentreprise à 50/50, Airbus Safran Launchers (ASL), nouveau leader européen des lanceurs spatiaux.  La nouvelle entité est constituée de 11 filiales et annonce son ambition de "servir encore mieux les intérêts stratégiques français, allemands et européens".

"Avec cette signature, Airbus Safran Launchers devient totalement opérationnelle et portera tous ses efforts sur des solutions plus compétitives pour ses clients, la priorité étant la prochaine génération de lanceurs Ariane 6, dont le tout premier vol est déjà prévu en 2020", a commenté Tom Enders, patron d'Airbus Group, dans un comminiqué

Un processus engagé fin 2014

Les deux groupes avaient annoncé début mai cet accord attendu de longue date sur la finalisation de leur coentreprise Airbus Safran Launchers, levant ainsi une incertitude sur le programme Ariane 6 destiné à lutter contre l'américain SpaceX.

Lancée fin 2014, cette coentreprise à parité réunit leurs actifs dans les lanceurs spatiaux et vise à permettre à la nouvelle version de la fusée européenne, qui succède à Ariane 5, d'effectuer son premier vol en 2020.

Pour atteindre la parité dans la coentreprise, Safran avait convenu début 2015 de verser 800 millions d'euros à Airbus Group, compensant ainsi l'écart de valeur entre ses actifs et ceux de son partenaire.

"La soulte reste au même montant, soit de l'ordre de 800 millions d'euros", a-t-on précisé de sources proches du dossier. "Un accord a été trouvé entre Airbus Group et Safran sur les modalités fiscales de l'opération, dans le respect de la législation française."

Airbus Group craignait en effet que la facture fiscale de l'opération soit disproportionnée et un mécanisme a été trouvé pour débloquer la situation, a-t-on précisé.

Ni Airbus Group, ni Safran, ni le ministère des Finances n'ont souhaité faire de commentaire sur ce point. Dans leur communiqué commun, les deux partenaires ont précisé que les modalités financières seraient communiquées au moment de la clôture de l'opération.

Des effectifs de 8 000 personnes pour la nouvelle entité

Dans cette ultime phase, Airbus Safran Launchers deviendra ainsi une société pleinement opérationnelle, intégrant les actifs industriels et les lanceurs militaires et employant environ 8 000 personnes.

Airbus Safran Launchers a signé en août dernier le contrat de développement d'Ariane 6 pour un montant de 2,4 milliards d'euros pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Ce contrat, qui couvre l'industrialisation des deux versions d'Ariane 6, Ariane 62 et 64, court jusqu'à sa phase de pleine capacité opérationnelle en 2023. A terme, Airbus Safran Launchers devrait en outre détenir environ les trois quarts du capital d'Arianespace, qui assure les lancements d'Ariane, après le rachat des 34% du Centre national d'études spatiales (Cnes).

Mais la Commission européenne a ouvert fin février une enquête sur cette opération, craignant qu'elle ne limite l'innovation dans le secteur et n'entraîne une hausse des prix sur les marchés des satellites et des services de lancement. La Commission a jusqu'au 12 juillet pour rendra sa décision.

Avec Reuters

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/05/2016 - 10h49 -

Mais la Commission européenne a ouvert fin février une enquête sur cette opération, craignant qu'elle ne limite l'innovation dans le secteur et n'entraîne une hausse des prix sur les marchés des satellites et des services de lancement. La Commission a jusqu'au 12 juillet pour rendra sa décision.
Répondre au commentaire
Nom profil

03/05/2016 - 10h54 -

Ce contrat, qui couvre l'industrialisation des deux versions d'Ariane 6, Ariane 62 et 64, court jusqu'à sa phase de pleine capacité opérationnelle en 2023. A terme, Airbus Safran Launchers devrait en outre détenir environ les trois quarts du capital d'Arianespace, qui assure les lancements d'Ariane, après le rachat des 34% du Centre national d'études spatiales (Cnes).
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus