Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La coentreprise Airbus-Safran intégrerait 410 employés des deux groupes

, , , ,

Publié le

Exclusif Airbus Group et Safran vont réorganiser leur activité dans le domaine des lanceurs à travers une coentreprise, ont annoncé les deux sociétés le 16 juin dernier, sans donner davantage de détails. L'Usine Nouvelle s'est procuré un document précisant la composition des effectifs prévus pour cette future entité.

La coentreprise Airbus-Safran intégrerait 410 employés des deux groupes © Tieum512 - Wikimedia Commons

Les entreprises citées

Pour rester compétitifs face à une concurrence de plus en plus agressive, Airbus Group et Safran ont annoncé le 16 juin, la création future d'une joint-venture à 50-50 concernant leur activité dans le domaine des lanceurs spatiaux.

Selon un document interne que s'est procuré L'Usine Nouvelle, la coentreprise "pourrait employer 410 personnes". Les deux tiers viendraient d'Airbus Defense and Space, soit 270 salariés (170 aux Mureaux, 10 en Aquitaine et 90 en Allemagne), et l'autre tiers de Safran, soit 140 employés (100 de Snecma Vernon et 40 d'Herakles le Haillan).

L'ambition est de regrouper toutes les activités lanceurs et systèmes de propulsion qui y sont associés de Safran et d'Airbus Group d'ici la fin 2015.

objectif : contrer SpaceX

Les deux sociétés envisagent la création de cette joint-venture au premier décembre de cette année, soit la veille de la conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) qui se déroulera au Luxembourg. Les ministres en charge de l'espace des différents états membres y décideront de l'avenir de l'Europe sur trois sujets : les lanceurs, la Station spatiale internationale (ISS) et l'évolution de l'ESA.

La coentreprise entre Safran et Airbus Group prendra en charge le pilotage du développement d’Ariane 5ME et d’Ariane 6. Ces nouveaux lanceurs doivent répondre aux enjeux de diminution de coût des lancements spatiaux européens opérés par Arianespace, alors que le concurrent américain SpaceX casse les prix. Pour y parvenir, l'élimination de redondances entre les différentes entités semble inévitable. De plus "il n’est pas exclu […] que la configuration d’A6.1/A6.2 [deux versions proposées d'Ariane 6, ndlr], ainsi que la localisation des sites production (aucune info en CG si ce n’est « moins de sites »), évoluent ces prochains mois", écrivait la CFE-CGC d'Herakles (groupe Safran) sur son site après le comité de Goupe Safran du 8 juillet dernier.

Charles Foucault

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle