La cigarette électronique, du made in China pas toujours fiable

L’enquête annoncée par la ministre de la Santé sur les bénéfices-risques des cigarettes électroniques s’intéressera-t-elle aussi à leurs conditions de fabrication ? Car ces produits, tous importés de Chine, disposent de niveaux de qualité très variable. L’Usine Nouvelle a enquêté.

Partager

La cigarette électronique, du made in China pas toujours fiable

C’est un marché en pleine explosion, estimé à 500 millions d’euros en Europe et 300 millions de dollars aux Etats-Unis. Mais qu’elles soient utilisées dans un hall de gare parisien ou dans les rues de New-York, les cigarettes électroniques proviennent majoritairement… de Chine. C’est à Hong-Kong et Shenzhen que "les composantes de la cigarette que sont la batterie, l’atomiseur et la cartouche d’e-liquide sont assemblées, à la main, dans de nombreuses usines. Les revendeurs agréés par les marques trient les produits directement en Chine auprès des fournisseurs et passent une commande de kit", explique la boutique en ligne de cigarettes électroniques Cigareless. En Europe ne se trouve donc encore aucune usine de fabrication de cette invention japonaise mise au point en 2002, avant d’être perfectionnée et brevetée par les Chinois.

Aucun site de production européen compétitif

En France, 99% des revendeurs en ligne sont des auto-entreprises, affirme Cigareless. Si les premières boutiques physiques font aussi leur apparition - comme le leader Clopinette, qui espère multiplier par quatre son chiffre d'affaires cette année pour atteindre les 12 millions d'euros -, ces entreprises sont incapables de disposer de site de production pouvant concurrencer des usines chinoises. Mais elles ne font pas tous preuve de la même transparence sur cette provenance asiatique. Et comme il n’existe aucune régulation sur les prix des cigarettes électroniques, les revendeurs peuvent se faire plaisir sur les marges de ces produits, qu’ils commercialisent généralement entre 9 et 11 euros.

Des tests réalisés par certains vendeurs français

Ni dispositif médical ni médicament, la cigarette électronique ne requiert pas d’étude clinique pour démontrer ses bénéfices et ses risques. Et ne répond encore à aucune norme stricte de commercialisation. Certains revendeurs, comme EdSylver, essaient néanmoins de mettre en avant la qualité de leur produit. En indiquant que leur e-cigarette a été "élaborée en laboratoire et assemblée au sein de notre usine située en Asie", et qu’elle "a répondu positivement à tous les tests pratiqués aussi bien au niveau de l'armature qu'au niveau de la composition de nos cartouches de remplacement". Pour rassurer sur le fait que l’utilisation de ces produits ne dégage ni goudron, ni monoxyde de carbone, EdSylver les a d’ailleurs testés auprès du Laboratoire National de métrologie et d’essais (LNE), chargé du contrôle des teneurs en goudron, nicotine et monoxyde de carbone pour toutes les cigarettes vendues en France.

Des défaillances au niveau de la batterie ou de la résistance

Mais certains revendeurs reconnaissent avoir vu passer des produits chinois de fabrication grossière, présentant des défaillances au niveau de la résistance ou de la batterie. Si le chinois Joyetech, la référence en la matière qui se dit numéro un mondial des cigarettes électroniques, revendique produire "la plus grande qualité actuellement disponible sur le marché", certains de ses compatriotes n’hésitent pas à mettre l’accent sur leur compétitivité prix. First Union, un Chinois qui couvre aussi bien la R&D, la production que le marketing de ses cigarettes électroniques, explique ainsi : "Nous utilisons des équipements de production modernes et avancés, comme les imprimantes laser, les lubrificateurs automatiques, les machines de marquage laser, les machines d'emballages et autres, ce qui accroît nettement notre efficience de production et le taux de qualification des produits. De plus, notre coût de gestion et d'opération est réduit drastiquement via la participation complète de chaque membre du staff et la production en grande quantité." Mais les Chinois doivent se méfier. Car les grands industriels du tabac pourraient bientôt marcher sur leurs plates-bandes. Ainsi, British American Tobacco et Philip Morris, le plus grand fabricant de cigarettes américains, travaillent sur leurs propres versions de cigarettes électroniques, pour 2014 et 2016.

Gaëlle Fleitour

Gaëlle Fleitour Cheffe du service Web

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Classe virtuelle - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

ARTICLES LES PLUS LUS