Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La Chocolaterie de Provence se relance avec une stratégie internationale

, ,

Publié le

Entre les mains d'actionnaires russes, l'usine de la Chocolaterie de Provence de Saint-Menet à Marseille (Bouches-du-Rhône) a bénéficié depuis 2012 de 15,5 millions d'euros d'investissements. L'exportation de son chocolat "made in Provence" est son objectif prioritaire.

La Chocolaterie de Provence se relance avec une stratégie internationale
Chocolaterie de Provence
© J-C Barla

"Désireux de pérenniser dans le temps notre présence à Marseille (Bouches-du-Rhône) et l'emploi sur le site, nous préférons progresser avec prudence pour ne pas commettre les erreurs de nos prédécesseurs, mais notre stratégie pour cette usine est ambitieuse, compte tenu de sa capacité de production et de l'essor de la demande de chocolat de qualité dans le monde", explique la jeune directrice générale de la Chocolaterie de Provence, Yulia Serykh.

Reprise en février 2012 à la barre du tribunal de commerce de Marseille au prix de 2,25 millions d'euros, l'ancienne unité de Nestlé puis NetCacao a redémarré en juin 2012. Aujourd'hui propriété des groupes russes DAR (dont Yulia Serykh est aussi actionnaire) et UEM, elle fabrique du chocolat, de la fève à la tablette. Sa production est commercialisée à 70 % dans l'industrie, la restauration et les pâtisseries sous forme de liqueur, de beurre, de poudre de cacao et de pépites (drops) de chocolat, et à 30 % en tablettes, d'une part à sa marque, "Chocolaterie de Provence", d'autre part, sous sept recettes garanties "casher" pour un opérateur privé britannique.

Entre 2013 et 2014, la direction affirme avoir investi 15,5 millions d'euros sur le site, tant pour moderniser les installations (machines, groupes de froid, chaudières, magasin technique...) qu'en formation des personnels, développements marketing, diversification des approvisionnements en matières premières...

Investissements et embauches

Commencée avec 22 anciens salariés de NetCacao, l'activité emploie désormais une cinquantaine de personnes, en quasi-totalité en CDI. Le chiffre d'affaires n'a cessé de croître : 3,5 millions d'euros en 2013, 7,5 millions d'euros attendus cette année pour une production de 2 000 tonnes et 15 millions d'euros prévus l'an prochain avec une production de 5 500 tonnes et un effectif appelé à grimper à 70 salariés. L'équilibre financier reste à atteindre.

Pour Yulia Serykh, même si l'entreprise va tenter de pénétrer la distribution française avec la marque "Chocolaterie de Provence", l'expansion s'opèrera principalement par l'export. Déjà, 95 % des ventes totales s'effectuent à l'étranger. "Nous allons accentuer notre déploiement en Russie où le potentiel est très important, aux Etats-Unis, en Allemagne... L'Asie, avec la Chine, et le Moyen-Orient constituent aussi un objectif, car les marchés y sont beaucoup moins matures qu'en France et la demande forte. Dans les trois ans, nous visons un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros dont 80 % d'export" poursuit la directrice générale.

En 2015, trois millions d'euros supplémentaires seront investis en marketing et dans le conditionnement des produits à la marque "Chocolaterie de Provence". Le directeur de l'usine, Philippe Scano, admet que la surcapacité des installations représente aujourd'hui un coût, mais qu'elle offre aussi beaucoup de perspectives. "Sur nos quatre lignes de fabrication, trois sont exclusivement dédiées à la production "casher" de chocolat noir, lait et blanc, et une à celle de notre marque qui peut sortir trois tonnes par heure. Nous pouvons produire jusqu'à 35 000 tonnes par an et plus de 200 recettes avec la réactivité d'une PME apte à répondre rapidement à tout type de demande."

Jean-Christophe Barla

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle