La Chine revendique le rang de 2e économie du monde

par Aileen Wang et Alan Wheatley

Partager

PEKIN (Reuters) - La Chine est devenue la deuxième économie du monde, devant le Japon et derrière les Etats-Unis, à la faveur d'une croissance soutenue qui ne s'est pas démentie depuis près de 30 ans, déclare le directeur de l'administration des changes.

Selon des projections réalisées par la Banque mondiale ou encore Goldman Sachs, la République populaire pourrait s'emparer de la première place aux alentours de 2025.

En 2009, déjà, la Chine avait manqué de dépasser le Japon.

"La Chine, de fait, est déjà la deuxième économie du monde", a dit Yi Gang dans un entretien accordé au magazine China Reform publié sur www.safe.gov.cn, le site internet de son agence.

Mais si la Chine est effectivement passée devant le Japon, il ne faut pas oublier que son ratio PIB par habitant est proche de 3.800 dollars par an, loin derrière celui du pays du soleil levant ou celui des Etats-Unis.

"La Chine reste un pays en développement", a souligné Yi Gang lorsqu'on lui a demandé s'il l'heure était venue pour le yuan de devenir une devise internationale.

Au cours de la première moitié de 2010, l'économie de l'Empire du milieu a progressé de 11,1% en glissement annuel et selon Yi Gang, elle devrait ressortir en hausse de 9% pour l'ensemble de l'exercice.

RÉTICENCES

Depuis les premières réformes de 1978 par lesquelles Pékin a entamé le virage vers l'économie de marché, la croissance du pays a augmenté de 9,5% par an en moyenne.

Ce rythme devrait toutefois ralentir au cours des années à venir et Yi Gang a jugé que même si elle ressortait entre 7% et 8% annuellement, ce serait une belle performance. La question est surtout de savoir s'il sera possible de tenir ce rythme alors que la Chine va devoir faire face à des contraintes environnementales de plus en plus importantes.

Selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie, que conteste Pékin, la Chine est devenue le premier consommateur d'énergie, devant les Etats-Unis.

Si la Chine est en mesure de maintenir un rythme de 5 à 6% par an au cours des années 2020, elle aura conservé une croissance sans précédent dans l'histoire de l'humanité, a dit Yi Gang.

Signe toutefois des interrogations que suscite cette rapide ascension pour les Chinois, Pékin continue d'avoir certaines réticences à se plonger complètement dans le grand bain de l'économie mondialisée.

Le contrôle que la Chine continue d'opérer sur sa monnaie, source de crispation pour de nombreux autres pays, montre qu'il lui reste encore quelques étapes à franchir avant d'assumer pleinement un leadership.

Selon Yi Gang, il n'y a aucun calendrier fixant une date pour la libéralisation complète de la monnaie chinoise et de la muer en monnaie internationale.

"Nous devons rester modestes et garder profil bas. Si d'autres pays choisissent le yuan comme monnaie de réserve, nous ne les empêcherons pas de le faire car il s'agirait d'une demande du marché. Toutefois nous n'encouragerons personne à emprunter cette voie."

Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS