Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La Chine, premier importateur de terres rares en 2018

Myrtille Delamarche , ,

Publié le

Premier producteur et exportateur de terres rares avec un quasi-monopole de plus de 80% de la production mondiale, la Chine en est aussi devenue le principal importateur, affirme le cabinet Adamas.

La Chine, premier importateur de terres rares en 2018
Les Etats-Unis (ici la mine de Mountain Pass) expédient leur minerai riche en terres rares vers la Chine et réimportent des oxydes.

Malgré son quasi-monopole de plus de 80% de la production mondiale, la Chine a importé 41 400 tonnes d’oxydes de terres rares en 2018 (pour 217 millions de dollars), un volume en hausse de 167% sur 2017, tandis qu’elle en exportait 53 000 tonnes (+4%), affirme Adamas Intelligence dans une nouvelle étude. Cette famille de 17 éléments métalliques est devenue indispensable à l’amélioration des performances des équipements mobiles électroniques comme les smartphones, des énergies vertes (comme les éoliennes) et des moteurs électriques.

Ses premiers fournisseurs sont le Myanmar (ex-Birmanie, +70%) et les Etats-Unis, affirme son directeur Ryan Castilloux dans ce rapport. Les Etats-Unis exportent du minerai riche en cerium et lanthane vers la Chine, qui le traite avant le réexpédier les oxydes extraits à destination des raffineurs de pétrole américains, précise Ryan Castilloux à Reuters. Le seul producteur de poids à ne pas vendre son minerai concentré à la Chine est Lynas, actif en Australie et en Malaisie.

Importateur net sur 7 terres rares

Pékin est même devenu un importateur net sur sept terres rares, dont le praséodyme (utilisé dans les aimants), et l’yttrium (pour les céramiques) pour la première fois en trente ans. Une situation liée à la fermeture des gisements illégaux en Chine, qui risque de s’aggraver avec l’annonce de la réduction des quotas chinois de production d’environ 20% sur le premier semestre 2019.

Doutes sur la porosité de la frontière avec le Myanmar

En 2018, la production mondiale de terres rares a augmenté de 20,8%, après que la Chine a rehaussé ses quotas pour la première fois depuis cinq ans. La production illégale en Chine, contre laquelle Pékin lutte ardemment, est estimée par Adamas en baisse de 50%. Mais dans le même temps, la production au Myanmar a fait un bond de 70%. Des craintes subsistent que ces terres rares birmanes (dysprosium, terbium et gadolinium) proviennent en réalité de gisements clandestins chinois. Pékin envisage donc d’interdire leur importation du Myanmar.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle