Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La Chine planche sur une méga fusée concurrente de SpaceX

Sylvain Arnulf , ,

Publié le

Vu sur le web Selon Aviation Week, la Chine planche sur un modèle XXL de sa fusée "Long March" pour de futures missions habitées vers la Lune… et au-delà.

La Chine planche sur une méga fusée concurrente de SpaceX
Après Long March 7, un "super modèle" 9 est attendu pour 2030.
© CNSA

Après la Russie, c’est au tour de la Chine de développer une fusée XXL concurrente du Falcon Heavy de SpaceX pour partir à la conquête de la Lune… et de Mars. Selon Aviation Week, un "démonstrateur" (un moteur d’essai) dédié à cette nouvelle génération de fusée lourde (nom de code "Long March 9"), pourrait être assemblé dès cette année.

Un duel annoncé de (grosses) fusées

Cette Long March 9 est, de loin, le programme de fusée le plus ambitieux jamais lancé dans le pays. C’est l’agence spatiale chinoise, le CASC (China Aerospace and Technology Corporation) qui mène le projet, pas encore officialisé par les autorités. Les chiffres avancés par Aviation Week donnent le tournis : 100 mètres de haut et dix mètres de diamètre, une poussée au décollage de 35 000kN à 40 000 kN, des capacités d'emport pouvant aller jusqu'à 140 tonnes en orbite terrestre basse.

C’est six fois plus que la plus grosse fusée chinoise aujourd’hui en service, Long March 5, deux fois plus que la Falcon Heavy, mais équivalent à la charge utile du lanceur géant Saturn V développé par la Nasa dans les années 60, ou à la BFR préparée par SpaceX, dont le premier vol pourrait avoir lieu en 2019. Mais rappelons que la "Big Fucking Rocket" est prévue pour revenir sur terre et être réutilisée, contrairement à la super fusée chinoise.

Objectif lune en 2030

Avec ce projet, la Chine affirme ses ambitions de conquête lunaire. Le pays avait déjà lancé une sonde en orbite lunaire en 2017, puis fait atterrir le rover "Lapin de jade" sur le sol lunaire en 2013. En 2019, la fusée Chang’e 5 doit prélever des échantillons de sol lunaire pour les ramener sur Terre.

Le Long March 9 pourrait être utilisé pour envoyer des taïkonautes chinois sur la lune pour une mission de planification, ainsi que des sondes inhabitées vers Mars qui retourneront sur Terre avec des échantillons du sol martien, avance Popular Mechanics. Le premier vol d'essai pourrait avoir lieu en 2030.

Sur le marché chinois du spatial, un autre acteur, très semblable à Space X, travaille aussi sur un lanceur de type Falcon 9 : la société Linkspace. Celle-ci planche sur un lanceur dont certains éléments pourraient être réutilisés.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/03/2018 - 02h13 -

La BFR de SpaceX peut transporter 250 tonnes en mode non-récupérable, soit 110 tonnes de plus que la supposée Long March 9, et pourtant elle est plus petite.
Répondre au commentaire
Nom profil

25/03/2018 - 13h51 -

Pas plus la BFR que là LM9 n'ont d'existence (et donc de caractéristiques confirmées) à ce jour, mais le gros lanceur de SpaceX est aussi annoncé à 150t de charge utile en orbite basse. Reste que ce n'est pas d'être perfmants en orbite basse qu'on demande à ce type de lanceur.
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus