La Chine interdit le paiement de la taxe carbone à ses compagnies aériennes

Comme sous-entendu début janvier, l’administration civile chinoise refuse de coopérer avec l’Union européenne pour mettre en œuvre la taxe sur les émissions polluantes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Chine interdit le paiement de la taxe carbone à ses compagnies aériennes

Selon l’agence officielle Chine Nouvelle, qui rapporte les propos de l’aviation civile chinoise ce 6 février, les compagnies aériennes chinoises ne sont pas autorisées à verser la taxe carbone imposée par l’Union européenne en l’absence d’une autorisation du gouvernement.

Cette annonce va dans le sens des déclarations faites par la Chine au mois de janvier. Le gouvernement avait décidé de ne pas coopérer avec l’Union européenne. La Chine compte plusieurs compagnies aériennes, dont quatre grandes : Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines et Hainan Airlines.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"La China Air Transport Association (CATA) en tant que représentant des compagnies aériennes chinoises, est fermement opposée à la mauvaise pratique européenne (qui consiste à) obliger unilatéralement des compagnies internationales à entrer dans l'ETS (système d’échange d’émissions)", assure Chai Haibo, secrétaire général adjoint de l’association.

Plusieurs oppositions

L’Union européenne entend via cette taxe instaurée le 1er janvier dernier contraindre toutes les compagnies aériennes à acheter l’équivalent de 15% de leurs émissions de CO2. Soit au total 32 millions de tonnes. L’objectif de cette mesure est de lutter contre le réchauffement climatique. A huit euros la tonne de CO2, la mesure devrait rapporter 256 millions d'euros en 2012, selon la Commission européenne.

Reste que cette initiative ne plaît pas à tout le monde. Plus d’une vingtaine de pays se sont déjà déclarés contre, notamment la Russie, l’Inde ou encore les Etats-Unis.

Selon l’Union européenne, les compagnies qui refuseront d’appliquer ce principe de taxe pourraient être mises à l’amende ou dans un cas extrême pourraient se voir interdire l’atterrissage dans les 27 pays de l’Union européenne.

Malgré l'annonce de la Chine ce jour, l'Union européenne assure qu'elle n'entend pas revenir sur cette taxe. "Nous ne cèderons pas au sujet de notre législation", a déclaré le porte-parole de la Commission européenne pour le climat, Isaac Valero-Ladron.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS