L'Usine Matières premières

La Chine importatrice nette de terres rares d’ici 2025

Myrtille Delamarche , ,

Publié le

La Chine, qui produit 85% des terres rares mondiales, pourrait devenir importatrice nette de ces métaux critiques dans la décennie à venir, menaçant plus encore que son monopole actuel la sécurité d’approvisionnement du reste du monde. C’est la conclusion la plus surprenante d’une étude récente menée par les consultants d’Adamas Intelligence.

La Chine importatrice nette de terres rares d’ici 2025 © Jean-Michel Byl - Solvay

La Chine, importatrice nette de certaines terres rares alors qu’elle en produit 85%, la prévision des consultants d’Adama Intelligence a de quoi faire frémir les industriels consommateurs de ces métaux critiques. A titre d’exemple, le cabinet d’études affirme que d’ici 2025, la demande chinoise en oxyde de néodyme pour la fabrication d’aimants permanents pourrait dépasser de 9000 tonnes la production totale. Une accélération tirée par l’émergence des énergies renouvelables, grandes consommatrices de ces aimants. Mais également par la multiplication des appareils électroniques et mobiles.

Une innovation trop lente

Les terres rares avaient pourtant atteint, en septembre 2015, leur point le plus bas en six ans, après une modération de la demande sur certaines terres rares. Un désamour qui s’explique de deux façons. Certains marchés, comme les ampoules basse consommation, les batteries NiMH et les disques durs ont connu un déclin après avoir atteint leur phase de maturité. Ils sont peu à peu remplacés par des technologies (le cloud, les Led…) moins gourmandes en terres rares. Ces innovations ont fait baisser la demande de 20 000 tonnes par an sur les cinq dernières années. Et ce n’est pas terminé, puisque les industriels, échaudés par la crise des terres rares en 2011 suite au resserrement des exportations chinoises, ont tous assigné à leurs laboratoires de R&D la tâche de réduire leurs besoins. Cela fonctionne, puisque ce mouvement de sécurisation a fait baisser la demande de 30 000 tonnes par an sur la même période.

La demande de terres rares en forte hausse

En raison de ces efforts de réduction et de substitution menés sur presque toutes les terres rares, il est difficile de prédire l’évolution de la demande produit par produit, dont aucun n’est à l’abri d’une innovation de rupture. Adamas envisage néanmoins une croissance importante de la demande de néodyme, de praséodyme, de dysprosium et de lanthanum. Plus de la moitié de la demande supplémentaire entre 2016 et 2025 sera provoquée directement ou indirectement par des décisions politiques, telles des réglementations sur la mobilité ou les énergies renouvelables.

Il faudrait une nouvelle mine par an

Conséquence de cette demande en hausse, Adamas Intelligence prévoit un retour à des niveaux de prix qui permettront l’exploration et le développement de nouveaux sites de production. Pour répondre aux besoins accrus, il faudrait ouvrir une nouvelle mine de terres rares chaque année d’ici 2025. Ce à quoi la Chine s’attelle en investissant massivement dans des gisements à l’étranger…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte