La Chine double ses quotas d’exportation de terres rares

Les exportations vont rebondir au deuxième semestre mais resteront sensiblement inférieures à leur niveau de 2010 pour l’ensemble de l’année.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Chine double ses quotas d’exportation de terres rares

Ce n’est peut-être pas une coïncidence, la Chine vient d’annoncer le quasi-doublement de ses quotas d'exportation de terres rares pour le second semestre 2011 à 15 738 tonnes, contre 7 976 tonnes pour la deuxième moitié de 2010. A la demande des Etats-Unis, du Mexique et de l’Union européenne, l’OMC venait en effet de tancer l’ex-empire du Milieu, accusé de flouer les règles du commerce international en limitant ses exportations de 9 matières premières, dont la bauxite, le zinc, le magnésium et le silicium. Poursuivant sa politique de restriction progressive de ses exportations, Pékin avait annoncé en décembre dernier, sa décision de réduire de 35 % ses quotas d'exportation de terres rares au premier semestre 2011 par rapport à 2010.

Pour l’ensemble de l’année 2011 les quotas d’exportation chinois de terres rares, 30 184 tonnes, ne devraient baisser que de 0,2% par rapport à l’année précédente. Une stabilisation après les baisses de 2009 et 2010, respectivement 11,9% et 39,7%. Au total, les quotas d’exportation auront diminué de plus de moitié par rapport à 2005 quand ils ont plafonné à 65 609 tonnes.

La décision chinoise a été jugée "extrêmement décevante" par la Commission européenne car, explique John Clancy, son porte-parole en charge du Commerce, si les volumes sont augmentés, la liste des produits concernés a dans le même temps été allongée, provoquant dans les faits une diminution des quotas d’exportation. Des alliages ferreux contenant des terres rares ont effectivement été inclus dans la liste des produits soumis à quota. Selon les calculs du mineur australien Lynas la baisse des quotas devrait en réalité atteindre 7% et non 0,2%.

En visite à Pékin, le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, a rappelé qu’il était préférable de parvenir à une solution négociée plutôt que d'engager une nouvelle procédure devant l'OMC. Pour sa part la Chine continue d’arguer des dommages environnementaux causés par l’exploitation des terres rares pour justifier la baisse de ses quotas. Pour sécuriser leurs approvisionnements les sociétés étrangères sont incitées à s’établir en Chine.

Selon Morgan Stanley les prix moyens des terres rares à l’export se sont appréciés de 180% depuis le début de l’année à 184 dollars le kilo. La hausse a été encore plus spectaculaire pour les prix pratiqués sur le marché chinois qui se sont dans le même temps envolés de 461% à 61 dollars le kilo. La liste des quotas a confirmé l’accélération de la concentration du secteur voulue par les autorités. L’allocation de Baotou Steel Rare Earths atteint ainsi 3 200 tonnes, suivi de loin par China Minmetals Corp avec 1 327 tonnes. Pas moins de 24 autres sociétés se sont vues allouer des quotas inférieurs à 1 000 tonnes.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS