La Chine demande à la France de ne pas discriminer Huawei dans le déploiement de la 5G

La France discrimine-t-elle Huawei dans le déploiement de la 5G ? Le 9 février, la Chine s'est dit inquiète à ce sujet, de la même manière que certains opérateurs français.

Partager
La Chine demande à la France de ne pas discriminer Huawei dans le déploiement de la 5G
Le déploiement de la 5G est devenu un enjeu géopolitique international, les États-Unis poussant leurs alliés à exclure de ce marché Huawei. /Photo prise le 29 janvier 2020/REUTERS/Dado Ruvic

La Chine a demandé dimanche 9 février à la France de ne pas discriminer Huawei dans le déploiement de la 5G en France. Le gouvernement chinois s'est inquiété de mesures potentiellement désavantageuses pour l'équipementier asiatique par rapport à ses concurrents. Le déploiement de la 5G est devenu un enjeu géopolitique international, les États-Unis poussant leurs alliés à exclure de ce marché Huawei, qu'ils accusent d'espionnage pour le compte de Pékin.

La Chine rappelle à Emmanuel Macron ses engagements

Dans un communiqué, le porte-parole de l'ambassade de Chine en France s'inquiète de "reportages récents dans plusieurs médias français selon lesquels les autorités compétentes françaises envisageraient de prendre des mesures restrictives contre Huawei dans le déploiement de la 5G en France."

Il se dit "choqué et inquiet" par ces reportages et rappelle que le président Emmanuel Macron et de hauts responsables français ont affirmé qu'en matière de 5G, "la France ne prendrait pas de mesures discriminatoires contre un pays ou une entreprise spécifique, ni n’exclurait pas Huawei".

"Les équipements 5G de Huawei sont totalement fiables"

Pour la Chine, les craintes d'espionnage sont infondées. "En réalité, les équipements 5G de Huawei sont totalement fiables et n’ont jamais présenté aucun risque technique ou sécuritaire, ni laissé aucune 'porte dérobée'", dit le porte-parole.

Évoquant une nécessaire "confiance mutuelle" entre les deux pays, liés par un partenariat stratégique, la Chine dit compter sur la France "pour prendre des actions concrètes et créer un environnement d’affaires ouvert, transparent et non discriminatoire à l’égard des entreprises de tous les pays, y compris de la Chine."

Sollicités par Reuters, Huaweï France n'a pas réagi dans l'immédiat et le ministère de l'Économie français a fait savoir qu'il ne ferait pas de commentaire ce 9 février.

Plusieurs opérateurs redoutent l'exclusion de Huawei

Le sentiment qui prévaut au sein du secteur français des télécoms est que les autorités françaises souhaitent de fait bannir Huawei du marché de la 5G mais ne le diront pas publiquement. La Commission européenne a publié mercredi 29 janvier ses directives à ce sujet en refusant d'exclure a priori le groupe chinois, tout en autorisant les pays membres à interdire les équipementiers qu'ils jugeraient à "haut risque".

Plusieurs opérateurs disent redouter que l'exclusion de Huawei entraîne des retards et surcoûts dans le déploiement de la 5G. "Nous devons conserver la flexibilité de travailler avec l'ensemble des équipementiers", a exigé le directeur général du groupe Iliad, maison mère de Free, dans un entretien avec Les Échos. "Ce que nous demandons avant tout, c'est une clarification avec les mêmes règles pour chacun des quatre opérateurs. C'est une question de concurrence équitable et de visibilité pour nos investissements", a ajouté Thomas Reynaud.

Orange a annoncé vendredi 7 février avoir sélectionné les groupes européens Nokia et Ericsson plutôt que Huawei comme équipementiers pour le déploiement d'un réseau mobile de cinquième génération (5G) en France métropolitaine.

Avec Reuters (Mathieu Rosemain, Elizabeth Pineau et Sarah White)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lambersart

Externalisation de la paie des agents et des élus de la Commune et du CCAS de Lambersart

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS