Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La Chine change les règles pour les investisseurs étrangers

,

Publié le

[ACTUALISE] - A compter du 30 janvier 2012, les conditions d’implantations en Chine notamment vont changer, selon les secteurs et notamment dans l'automobile.

La Chine change les règles pour les investisseurs étrangers © Jean-Louis Salque - L'Usine Nouvelle

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Ce sont 29 pages qui pourraient changer la donne pour les groupes étrangers désireux de s’installer en Chine. Publiée sur le site internet de l’agence chinoise de planification économique, la liste énumère les secteurs pour lesquels l’investissement étranger est encouragé ou restreint, voire interdit.

Par exemple, le pays ne souhaite plus d’implantations de sites de construction automobile ou de polysilicium de la part de groupes étrangers. Pour le filiale automobile, la Commission du développement et de la réforme nationale et le ministère du Commerce estime qu'il faut privilégier la production nationale. Le gouvernement "va retirer son soutien à l'investissement étranger dans l'industrie automobile". Une mesure qui devrait déplaire notamment aux géants de l'automobile internationale. Et ce même si de grands noms comme Honda, GM ou encore PSA Peugeot Citroën ont depuis longtemps des unités en Chine. Les marques étrangères sont dominantes en Chine, avec environ 70% du marché, mais les constructeurs étrangers doivent s'associer à un partenaire chinois pour produire sur place.

Pour l'heure le gouvernement ne donne pas plus de détails pour le secteur automobile. Mais cette décision intervient peu de temps après le blocage de General Motors dans la procédure de rachat de Saab par deux constructeurs chinois. Par ailleurs, le premier marché mondial commence à s'essoufler.

Nouvelles technologies

Dans d'autres secteurs le gouvernement intervient aussi. Ainsi, il veut restreindre l’investissement étranger dans les raffineries. Par contre, elle se dit ouverte à l’arrivée d’investissements dans le crédit bail. Seront aussi bien accueillis, les investissements en matière de nouvelles technologies, de savoir faire, ainsi dans le secteur "vert", pour le recyclage de batteries par exemple.

"L'objectif est d'optimiser la structure de l'investissement étranger, promouvoir l'innovation technologique et le progrès industriel", explique l'agence.

L'investissement étranger direct a représenté 103,8 milliards de dollars de janvier à novembre 2011. Soit un bond de 13,2% par rapport à la même période en 2010.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle