La Chine bulle sur sa croissance

Partager

Affaire Wipro : mais non, les fonds n’ont pas été transférés en Inde
Juste la techno. Recevoir 5 millions d'euros d’aide publique du gouvernement français puis fermer le site et laisser ses 61 salariés sur le carreau, après avoir bénéficié du transfert de technologies, ça fait mauvais genre pour un géant indien. C’est pourtant l’affaire qui secoue Sophia Antipolis : NewLogic, spécialisée dans la connectivité sans fil et le développement de produits de propriété intellectuelle (un comble), avait été rachetée en décembre 2005 par l’indien Wipro. Ce dernier a dit « rideau » en juin dernier, trois jours après avoir reçu le précieux pécule de trois ans de crédit d'impôts sur la recherche, dans le cadre du plan de relance hexagonal. Comprenez : il avait mieux à faire. Ouvrir un « India tech innovation hub » à Bangalore, par exemple. Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a jugé bon de convoquer la direction européenne du groupe. Cela ne vous rappelle rien ? A lire dans le prochain numéro de l’Usine Nouvelle ce jeudi, une enquête sur le sujet.

La Chine bulle sur sa croissance
On prend les mêmes et on recommence. Alors que les médias ont fêté à leur manière l’anniversaire de la faillite de Lehman Brothers, Andy Xie, économiste indépendant basé à Shanghai et grand pourfendeur de bulles spéculatives, met en garde contre la "gigantesque bulle" immobilière produite par les mesures gouvernementales chinoises. En effet la croissance chinoise, rappelle l’Agence France Presse, a été largement nourrie par le plan de relance de 580 milliards de dollars dévoilé fin 2008 et des prêts bancaires à un montant record. Résultat : 7,9% de hausse du PIB au deuxième trimestre, contre 6,1% au premier. Mais l’envolée des prix de l'immobilier et des actions semble indiquer que la pompe à liquidités alimente plutôt les profits rapides que l'économie réelle. Un problème sur lequel pourra bûcher le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, dont la commission éponyme a rendu des recommandations à l’Elysée pour une mesure plus « durable » des richesses nationales.

GDF Suez/fonds souverain chinois : la tentative d’approche
On le savait à l’affût d’investissements en France. Déjà cité dans le dossier Areva, le fonds souverain China Investment Corp, qui cherche à placer les immenses réserves de change de la Chine, lorgne aujourd’hui GDF Suez. Selon les Echos, les cadres du fonds auraient ainsi rencontré Gérard Mestrallet, le patron de GDF Suez, pour causer : aucune offre ferme n’a pour l’instant émergé. De son côté, et c’est heureux, Suez Environnement vient de signer avec le China-Singapore Suzhou Industrial Park un contrat pour la première usine de traitement de boues de la province de Jiangsu. «Monsieur Asie » de la banque de Montréal le dit bien, au seuil de la retraite : accepter l’entrée de fonds souverains chinois au capital de fleurons nationaux, « c’est l’opportunité de construire des liens de long terme avec ce qui deviendra la première économie mondiale. Si nous voulons travailler avec la Chine, et l’influencer au fil du temps, c’est comme ça que nous y arriverons ».

UN œil SUR LE MONDE: De dublin à Lisbonne

Aujourd’hui, la plupart des 500 millions d’Européens ont oublié que, sur cette île, se joue le destin institutionnel de l’Union...






RECEVEZ GRATUITEMENT TOUS LES LUNDIS LA NEWSLETTER « LA SEMAINE DE L'INTERNATIONAL »

Brésil, Russie, Inde, Chine, les BRIC sont l'avenir de la croissance mondiale. De pays émergents, ils sont désormais les pays dominants. La formation de nouveaux blocs renversent les anciens équilibres mondiaux. Ana Lutzky et Pierre-Olivier Rouaud décryptent les nouveaux enjeux géopolitiques au travers du prisme de l'actualité. L'information du monde pour écouter la planète.


%%HORSTEXTE:%%
0 Commentaire

La Chine bulle sur sa croissance

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS