L'Usine Energie

La Chine à l’œuvre pour la sécurité nucléaire

Publié le

A l’occasion du sommet de Séoul, le gouvernement a publié un rapport mardi 27 mars. Il y démontre comment le pays a rendu le nucléaire plus sûr, comme le révèle Chine Nouvelle.

La Chine à l’œuvre pour la sécurité nucléaire © HeyRocker - Flickr - C.C.

C’est une série de mesures que la Chine égraine dans le rapport présenté à Séoul, lors du sommet sur la sécurité nucléaire. Un an après l’accident de la centrale de Fukushima Daiichi, le pays certifie avoir pris des mesures actives notamment pour  mettre en œuvre les recommandations formulées lors du premier sommet, en 2010 à Washington.

Ainsi le gouvernement a augmenté ses investissements pour rendre les centrales plus robustes. Il a également tenté d’accélérer l’établissement du "centre d’excellence" en matière de sécurité. Le pays a aussi réalisé des progrès dans la conversion des réacteurs de recherche alimentés par l’uranium hautement enrichi (UHE). Le projet, initié avec les Etats-Unis en 2010, est entré dans la phase de mise en œuvre. Il s’agit de convertir un réacteur de recherche miniature situé en Chine utilisant des combustibles à l'uranium faiblement enrichi (UFE).

Surveillance des matières nucléaires

Par ailleurs, dans ce rapport, le pays affirme avoir sévi dans sa lutte contre le trafic illicite de matières nucléaires. Ainsi, toujours en collaboration avec les Etats-Unis, ils ont décidé d’établir un centre de formation sur la détection des radiations pour les douanes chinoises.

Enfin la Chine a activement travaillé à renforcer la sécurité des sources radioactives. Depuis plus de 2 ans, les réglementations sur la gestion de la sécurité des transports des substances radioactives sont entrées en vigueur. Une base de données sur les sources radioactives nationales est développée afin d’accentuer leur surveillance.

Le même jour, le Sommet de Séoul s’est clôturé donnant naissance à un "communiqué" dont la portée reste relativement limitée. Les dirigeants des 53 pays et organisations ont décrit le terrorisme nucléaire comme "l'une des menaces les plus inquiétantes sur la sécurité internationale".

C’est l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui est sortie grandie de cette rencontre. Ses pouvoirs sont renforcés, et les pays sont appelés à la solliciter plus régulièrement. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte