La chimie à l’école de Darwin

Trouver des molécules inédites pour le traitement des cancers en s’inspirant des lois de la sélection naturelle, c’est ce que proposent des chimistes britanniques : les molécules et leur voie de synthèse sont sélectionnées par leur plus ou moins grande activité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La chimie à l’école de Darwin

Les molécules biologiques naturelles sont le résultat d’une longue évolution : leur structure chimique et leur voie de synthèse ont été sélectionnées par la nature, car elles étaient plus favorables au développement de la plante ou de l’animal. Les chimistes procèdent en général autrement : ils conçoivent une molécule supposée active, en partant de celles déjà connues, mettent au point sa voie de synthèse, testent le produit obtenu… et recommencent.

Des chimistes de l’université de Leeds, au Royaume-Uni, ont décidé de changer de méthode. Dans une plaque de la taille d’un DVD contenant 96 micro puits (l’équivalent de tubes à essais), ils ont introduit les molécules de départ, avec différents solvants et catalyseurs, de manière à faire varier les conditions de synthèse. Les produits obtenus dans chaque puits ont été testés sur une protéine, qui est une cible thérapeutique pour certains cancers.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce premier tour a permis de sélectionner 4 molécules de départ donnant les produits les plus actifs. Ils ont été réintroduits dans une plaque de micro puits pour un second tour, toujours en faisant varier légèrement les conditions de réactions. Le test sur la molécule cible a permis une nouvelle sélection. Et finalement, à la fin d’un troisième round, trois molécules actives accompagnées de leur voie de synthèse ont été retenues.

Le principal avantage de la méthode, baptisée "synthèse dirigée par l’activité", est qu’elle débouche assez rapidement sur des molécules actives auxquelles jusqu’ici personne n’avait pensé... Les chercheurs, qui précisent que leur méthode convient bien à des réactions donnant de nombreux produits différents en faisant varier les conditions de synthèse, estiment néanmoins qu’elle est assez générale pour s’appliquer à la découverte de diverses molécules biologiquement actives.

Thierry Lucas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS