La charcuterie Tempé en redressement judiciaire

Social

Partager

La charcuterie alsacienne Tempé, qui emploie 400 personnes, a été placée en redressement judiciaire le 27 février par la chambre commerciale du tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin). Le déclenchement de cette procédure fait suite à une longue bataille judiciaire conclue en novembre dernier par un arrêt de la cour d'appel de Colmar.

Cette décision de justice, « exécutoire immédiatement nonobstant le pourvoi en cassation qui a été formé par la société Tempé, a fait droit à la demande du syndicat Force Ouvrière (FO) qui s'était prévalu de l'application de la Convention collective nationale des industries charcutières rétroactivement au 1er janvier 2000 », détaille l'entreprise dans un communiqué : « La société Tempé applique actuellement la Convention collective de la charcuterie de détail étant donné que la plupart de ses salariés sont affectés à cette activité ».

Selon la direction, les conséquences de cette décision représentent un coût total de 7 millions d'euros pour la période 2000-2007 et 800 000 euros par an à l'avenir. « L'incertitude créée par la décision de justice et les rumeurs qui en ont découlé se sont traduites par des difficultés de trésorerie. L'échec des négociations entamées avec les organisations syndicales sur les modalités possibles de mise en place de la nouvelle convention a entraîné l'état de cessation de paiements », affirme-t-elle.
De son côté, le syndicat FO estime que l'entreprise « battait de l'aile » depuis quelque temps du fait d'une « gestion aléatoire » des dirigeants.

Après plusieurs années difficiles marquées par une restructuration et un changement de direction, Tempé indique avoir renoué avec les bénéfices au cours des trois derniers exercices. Le chiffre d'affaires 2007 devrait avoisiner les 50 millions d'euros.

« La présence d'un outil industriel renforcé par des investissements récents, des produits du terroir appréciés sur le marché, des clients fidèles et un personnel compétent et motivé, devraient permettre d'envisager favorablement le maintien et le développement de l'activité », estime le président du directoire de Tempé, Henk Blom.

De notre correspondant en Alsace, Thomas Calinon
0 Commentaire

La charcuterie Tempé en redressement judiciaire

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS