L'Usine Agro

La charcuterie française décroche son visa pour la Chine

, , , ,

Publié le

Après la visite officielle du Président chinois, Xi Jinping, en France, plusieurs accords commerciaux ont vu le jour. Parmi eux, celui qui permet à la charcuterie française de s'exporter en Chine. Une décision qui tombe à point nommé pour la filière.

La charcuterie française décroche son visa pour la Chine © L.Richarz - Flickr - C.C

La visite du Président chinois, Xi Jinping, s'achève et il ne repartira pas les mains vides. Dans sa valise, le Président chinois ramène avec lui plusieurs accords commerciaux. Notamment une bonne nouvelle pour la filière française de la charcuterie qui va désormais pouvoir s'exporter en Chine. Un accord qui redonne un peu de souffle à une filière en difficulté.

Trois entreprises françaises en route pour la Chine

Les trois premières entreprises de charcuterie françaises qui vont pouvoir exporter leurs produit vers l'empire du milieu sont déjà connues. Il s'agit de Salaison et Conserves du Rouergue, spécialisée dans la production de saucisson sec, la Brocéliande (Groupe Cooperl) qui produit du jambon cuit et Haraguy (Groupe Delpeyrat), experte du jambon de Bayonne. Leur identité a été dévoilée par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll et son ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, qui ont conjointement salué les accords franco-chinois par voie de communiqué.

A terme, ce sont sept autres sociétés qui devraient recevoir un tel feu vert. Leur agrément est en cours d'évaluation par les autorités des deux pays. Par ailleurs, les autorités chinoises ont également validé 18 de nouveaux sites industriels spécialisés dans la viande fraîche de porc et de poulet et 39 d'entrepôts frigorifiques."Cette publication constitue une excellente nouvelle à un moment où le secteur agroalimentaire français mène une bataille à l'export et où le marché chinois constitue une opportunité pour de nombreuses entreprises", se félicite Stéphane Le Foll.

Le porc, viande la plus consommée en Chine

Les deux Etats ont également signé un protocole d'accord pour développer l'exportation de porcs reproducteurs vers la Chine. Le but étant d'améliorer la qualité des élevages chinois tout en transmettant le savoir-faire français en matière de génétique porcine.

Le porc est la viande la plus consommée en Chine, même s'il est difficile de calculer les retombées économiques d'un tel accord pour la filière porcine, il y a toutes les raisons de rassurer les éleveurs et les entreprises spécialisées françaises.

Par ailleurs, cette visite officielle a été l’occasion pour Stéphane Le Foll et Guillaume Garot de réinsister sur une levée de l’embargo sur la viande bovine française. Un groupe de travail bilatéral sera mis en place sur le sujet de la viande bovine. La prochaine à s'exporter en Chine ?

Wassinia Zirar

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte