Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La Champagne-Ardenne souhaite redécoller dans l’aéronautique

, , , ,

Publié le

La région Champagne-Ardenne qui a été l’un des berceaux de l’aéronautique au début du XXe siècle met en place des actions pour structurer une filière autour de ses leaders.

La Champagne-Ardenne souhaite redécoller dans l’aéronautique
Fabrication du F406 à Reims.
© Reims Aviation Industries

En 2011, la Chambre de commerce et d’industrie Champagne-Ardenne avait emmené une poignée d’entreprises régionales au Salon du Bourget en qualité de visiteurs. Pour voir. Cette année, avec l’appui du Conseil régional de Champagne-Ardenne, elle franchit un pas supplémentaire en prenant sous son aile dix PME regroupées sur un stand commun. C’est une première. "Certaines travaillent déjà pour l’aéronautique, d’autres cherchent à se diversifier et à gagner en visibilité dans l’aéronautique. Elles ont des savoir-faire pointus à mettre en évidence", assure David Collot, en charge de cette action pour le compte du réseau des CCI champardennaises.

Ces sociétés (cinq haut-marnaises, trois marnaises et deux ardennesaises), entendent mettre à profit leur séjour sous le Hall 4 (Allée B – Stand 126) pour participer au programme "meetings B2B" avec des rendez-vous d’affaires préprogrammés et ciblés. "C’est une véritable opportunité pour nos entreprises régionales de développer de nouvelles relations de business. Toutes savent le potentiel que représente l’aéronautique pour les années à venir et elles peuvent faire valoir leurs atouts", estime David Collot. Il s’agit, dans le même temps, de permettre aux entreprises de la région d’échanger, de mieux se connaître et de s’impliquer dans la structuration d’une filière au sein d’une région qui aimerait renouer avec son glorieux passé. Il faut se souvenir en effet que Reims a été au début du XXe siècle un des berceaux de l’aéronautique et que cette ville possède toujours de belles références avec Aerolean (Novae Group), Reims Aviation Industries, constructeur du F406 (Geci) ou encore le bureau d’études ASI Innovation.

Besoin de consolider la filière

Financée par l’Etat (Direccte Champagne-Ardenne), une étude vient d’être réalisée et restituée (sur le site de l’aéroport Paris-Vatry) fin mai par le Cetim et Quadrium, qui ont eu la charge de dresser un état des lieux et de cerner les perspectives de développement en région autour de cette filière aéronautique. Les trente-six entreprises les plus concernées réalisent un chiffre d’affaires total de 420 millions d’euros dont plus de la moitié est dédiée à ce secteur (230 millions d’euros). Elles emploient 3 100 personnes, dont environ 1 900 directement au service de l’aéronautique, soit 2 % des effectifs industriels de la région. L’étude montre que la "filière reste relativement restreinte" et qu’elle a besoin d’être "consolidée".

Pour gagner en masse critique, plusieurs pistes retiennent l’attention des professionnels interrogés : participations groupées à des salons et à des conventions d’affaires, accompagnement opérationnel (commercial, certification/accréditations, matériels, formation…) afin de pouvoir répondre aux exigences de grands donneurs d’ordres. "Nous allons également très vite proposer des visites de sites industriels chez nos voisins lorrains (un pôle de compétitivité, Matéralia, et un IRT en commun) et belges car nous pensons qu’il est nécessaire de multiplier les rencontres techniques", annonce David Collot, en mettant l’accent sur le besoin exprimé sur le développement de nouvelles compétence dans le domaine du traitement de surface/peinture, notamment.

Axon’Cable sort le grand jeu

Le satellite Proba V qui a été mis en orbite début mai par l’Esa pour observer la couverture végétale de la planète a entièrement été câblé par Axon, dont le siège est à Montmirail (Marne). Sur son stand au Bourget, l’entreprise que dirige Joseph Puzo entend une nouvelle fois déployer ses solutions d’interconnectique adaptée aux marchés de l’aéronautique et du spatial, en affichant de belles références : harnais de transmission de données pour l’A400M, l’A350, les lanceurs Ariane et Vega, connectique miniature micro D pour Curiosity, le robot d’exploration sur Mars…

"Cette fois, nos équipes vont montrer comment Axon’Cable apporte son expertise tout au long d’un projet, à l’image de ce que nous avons fait avec Proba V : conseil, études, prototypages, développement et intégration sur site", insiste le PDG en précisant qu’Axon sera par ailleurs très actif à bord de l’avion des métiers présenté dans par le Gifas. "Nos ingénieurs y réaliseront notamment des maquettes 3 D issues de la fabrication additive."


©Axon - Salle blanche d'Axon’Cable

AGS combine toutes les techniques

Le groupe AGS (Alliance Gestion Sézannaise) dont la principale unité de fabrication, ATS, est basée dans la Marne, à Sézanne, réalise actuellement 35 % de son chiffre d’affaires dans l’aéronautique et le spatial en leur apportant ses différents savoir-faire métiers : usinage de précision, tôlerie fine/mécano-soudure et surtout découpe jet d’eau/soudage laser.

"En combinant ces différentes technologies et en étant les seuls à fournir à ce jour des solutions de soudage hybride, nous pouvons travailler aussi bien sur des pièces de structure d’A330 ou A340 que sur des pièces de moteur, des boîtiers de batterie ou d’équipements électronique", assure Pierre Weinling, directeur général. La société investit cette année encore plus de 2 millions d’euros (8 à 9 % du chiffre d'affaires) dans son parc machines pour répondre aux attentes de ce secteur porteur. "Avec les programmes d’avions nouveaux qui s’annoncent, pas question de louper le train qui passe", affirme-t-il.

ASI Innovation : un système de surveillance aérienne multi-plate-formes

Cette jeune entreprise rémoise née 2010 dans la R&D a deux activités distinctes qui progressent en parallèle et de manière assez équilibrée. D’abord l’intégration de systèmes d’automatisation de surveillance aérienne sur les appareils (avions ou hélicoptères) appréciés des militaires, des gendarmes, des compagnies pétrolières ou d’électricité… "Avec le système, unique en son genre, que nous avons développé au cours des trois dernières années avec le label du pôle de compétitivité Materalia et le soutien d’Oséo, nous offrons une solution pour la lutte contre le terrorisme, la drogue, mais aussi en faveur de l’écologie", déclare le PDG, Jean-Pierre Kohn, présent sur le stand CCI pour y accueillir des délégations étrangères et présenter cette innovation.

Mais ASI Innovation, qui réalise aussi des aménagements et modifications de cabines (avions présidentiels, VIP…) sera par ailleurs à bord d’un avion d’Embraer, en sa qualité de bureau d’études qualifié pour cette compagnie en Europe.

Manoir Aerospace répond présent sur tous les segments

Entreprise essentiellement implantée en Champagne-Ardenne (avec 750 salariés à Bologne, en Haute-Marne, et 250 à Bar-sur-Aube, dans l’Aube, sur un effectif total de 1 200 personnes en France), Manoir Aerospace va mettre à profit le Salon du Bourget pour entretenir le dialogue avec ses clients de l’aéronautique présents sur les trois segments de la filière : avionneurs, motoristes et équipementiers. Tous les grands donneurs d’ordre font appel à ce fournisseur de rang 1. Pour chacun d’entre eux, il réalise et livre sur ligne d’assemblage des pièces métalliques de haute technologie, complexes, entièrement finies. "Il s’agit de pièces dites critiques, très sollicitées, telles que des attaches d’ailes, des pièces de moteurs ou de trains d’atterrissage ou encore de rotors d’hélicoptères…", souligne Alain-Jory Barthe, président du groupe, en mettant l’accent sur la capacité de ses différents sites français à fondre, forger et usiner des métaux et alliages de plus en plus performants tout en étant plus légers. L’essentiel des efforts de R&D de Manoir Aerospace est réalisé par Forges de Bologne où les investissements capacitaires se poursuivent, de même qu’à Bar-sur-Aube et à Parthenay, dans les Deux-Sèvres.


©Manoir Aérospace - Forge de composant moteur GeNX (787)
 

De notre correspondant en Champagne-Ardenne, Philippe Schilde
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle