La chaîne hôtelière indienne Amanresorts convoitée

BOMBAY (Reuters) - La chaîne indienne d'hôtels Amanresorts International suscite les convoitises d'acteurs du luxe comme de fonds d'investissement.

Partager

Le groupe, propriété du promoteur immobilier indien DLF, serait notamment visé par LVMH, numéro un mondial du luxe, qui envisagerait de faire une offre, selon l'agence Bloomberg.

DLF aurait reçu au moins cinq offres, allant de 400 à 450 millions de dollars (320 millions d'euros) pour Amanresorts, qui possède 25 hôtels de luxe à travers le monde, poursuit l'agence de presse, citant des sources au fait du dossier.

Des fonds d'investissement s'intéressent également à la chaîne, ajoute l'agence.

Interrogés, LVMH et DLF se refusaient à tout commentaire mardi.

De source proche du dossier, on indiquait qu'il n'y avait aujourd'hui "aucune actualité pour LVMH sur ce sujet".

Le groupe dirigé par Bernard Arnault s'est lancé dans l'hôtellerie de grand luxe au printemps 2010. Ses premiers projets, comportant des villas hôtelières situées au large du sultanat d'Oman ainsi qu'un hôtel à Assouan, en Egypte, devraient voir le jour en 2012.

Il seront tous placés sous la marque Cheval Blanc, du nom du prestigieux grand cru classé de Saint-Emilion déjà porté par un hôtel de grand luxe à Courchevel (Alpes). Propriété de Groupe Arnault, la holding familiale de Bernard Arnault, l'établissement de la célèbre et chic station de ski a obtenu en mai l'appellation de "palace".

L'aménagement de l'ancienne Samaritaine constitue l'autre grand chantier hôtelier de LVMH. Le groupe projette de transformer le bâtiment classé, datant des années 1925, en un hôtel de prestige de 80 chambres. Lui aussi baptisé Cheval Blanc, il devrait ouvrir ses portes vers la mi-2014.

Sumeet Chatterjee, et Pascale Denis à Paris, édité par Dominique Rodriguez

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS