La CGT durcit le ton après le déblocage de la raffinerie de Fos-sur-Mer

L'accès au dépôt de carburants de la raffinerie de Fos-sur-Mer a été débloqué par les forces de l'ordre mais, de son côté, la CGT annonce que les huit raffineries françaises sont en grève et que les blocages vont se poursuivre. Des actions condamnées par François Hollande et Manuel Valls.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La CGT durcit le ton après le déblocage de la raffinerie de Fos-sur-Mer
La raffinerie Esso de Fos-sur-Mer

Les militants de la CGT qui bloquaient depuis ce lundi l'accès à la raffinerie Esso et au dépôt de carburants de Fos-sur-Mer ont été évacués ce mardi matin à l'aube par les forces de l'ordre. D'après la préfecture de police, l'opération démarrée à 4h15 s'est achevée peu après 6h, avec l'ensemble des barrages levés. Les affrontements ont été violents, faisant plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre et du côté des militants.

Comme le montre ce tweet publié par Europe 1, les camions citernes pouvaient de nouveau accéder au dépôt de Fos-sur-Mer ce matin :

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En réaction, à cette intervention musclée, la CGT a annoncé dans la matinée que les huit raffineries françaises étaient en grève et que les blocages se poursuivront. "Une grève a été votée ce matin à Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime) en réaction à la charge des forces de l'ordre à Fos-sur-Mer", a déclaré à Reuters, le secrétaire fédéral du secteur pétrole de la CGT, Emmanuel Lépine.

Un chiffre des huit raffineries en grève démenti dans la foulée sur iTélé par le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, qui se refuse toujours à parler de "pénurie". Ce mardi matin, on estime que 20% des stations-service en France sont privées totalement ou partiellement de carburants.

Au micro d'Europe 1, Manuel Valls a fait preuve de fermeté ce matin, précisant que le gouvernement ne reculerait pas sur la loi travail. "D'autres sites seront libérés", a déclaré le Premier ministre.

Invité de Fance Culture ce matin, François Hollande a également condamné ces blocages, évoquant "une stratégie portée par une minorité".

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS