La CGT d'Engie pourrait être favorable à un mariage avec RWE

PARIS (Reuters) - Une alliance franco-allemande dans le domaine de l'énergie entre Engie et RWE pourrait faire sens d'un point de vue industriel. Mais un tel mariage ne doit pas avoir d'impact sur l'emploi, a déclaré Eric Buttazzoni, coordinateur central de la CGT chez Engie.

Partager

La CGT d'Engie pourrait être favorable à un mariage avec RWE
Une alliance franco-allemande dans le domaine de l"énergie entre Engie et RWE pourrait faire sens d"un point de vue industriel sous réserve qu"elle n"ait pas d"impact sur l"emploi, a déclaré Eric Buttazzoni, coordinateur central de la CGT chez Engie. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Des sources proches du dossier ont indiqué en fin de semaine à Reuters qu'Engie et RWE étudiaient la possibilité d'un rapprochement et que l'Etat français en était informé.

"C'est assez flou mais ça s'inscrirait clairement dans le projet actuel et la dimension européenne défendus par (la directrice générale d'Engie) Isabelle Kocher", a dit à Reuters Eric Buttazzoni.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"En termes industriels, ça ne paraît pas une mauvaise chose. Mais il ne faut pas que ce soit le prétexte à une nouvelle spirale de réorganisations (avec des suppressions d'emplois à la clé)", a ajouté le coordinateur du premier syndicat d'Engie, précisant toutefois qu'aucune information n'avait filtré en interne sur d'éventuelles discussions avec RWE.

Selon l'un des schémas envisagés, Engie pourrait prendre une participation dans Innogy, filiale cotée de RWE spécialisée dans la gestion des réseaux et les énergies renouvelables, tandis que le groupe allemand deviendrait lui-même en retour actionnaire d'Engie.

Cette opération s'accompagnerait mécaniquement d'une dilution de la part de l'Etat français, qui contrôle actuellement 28,65% d'Engie.

"La question est de savoir à quoi sert l'Etat. On ne défend pas sa position actuelle car il approuve toutes les décisions et n'est là que pour prendre les dividendes. Mon avis, c'est qu'il ne s'occupe plus de nous et qu'il ne sert à rien qu'il soit à un tiers du capital ou moins", a déclaré Eric Buttazzoni.

Au niveau fédéral, la CGT défend toutefois la création d'un "pôle public de l'énergie" qui verrait notamment l'Etat remonter au capital des entreprises du secteur.

Pour Reuters, Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS