La CGPME réclame un geste rapide du gouvernement sur les charges

Dans un communiqué, l'organisation patronale estime nécessaire un "geste tangible" pour donner de la réalité au "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande aux entreprises dans ses voeux de Nouvel An, jugeant ses contours "flous".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La CGPME réclame un geste rapide du gouvernement sur les charges

La CGPME a réclamé ce jeudi 2 janvier que le gouvernement s'engage sur un plafonnement des charges sociales des entreprises et introduise rapidement un taux réduit d'impôt sur les sociétés pour la partie des bénéfices non distribués aux actionnaires.

Dans un communiqué, l'organisation patronale estime nécessaire un "geste tangible" pour donner de la réalité au "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande aux entreprises dans ses voeux de Nouvel An, jugeant ses contours "flous".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce geste consisterait, selon elle, "à ce que soit fixé un plafonnement des charges sociales avant d'engager une hypothétique baisse".

Le pacte de responsabilité proposé par le chef de l'Etat serait fondé, selon lui, par moins de charges sur le travail et moins de contraintes sur l'activité des entreprises en échange de "plus d'embauches et plus de dialogue social".

Le Medef a réagi dès mercredi en se déclarant prêt à "s'impliquer activement" pour bâtir le pacte évoqué par François Hollande, ajoutant qu'il fallait "cependant avancer rapidement, car il y a urgence".

La CGPME insiste pour sa part sur les difficultés actuelles des PME et des TPE (très petites entreprises) "confrontées à des règles changeantes, une complexité grandissante et une fiscalité décourageante.".

Soulignant que les embauches sont "étroitement liées aux carnets de commandes, qui souffrent d'une baisse continue de l'investissement depuis deux ans", elle prône, pour les relancer, "que soit rapidement mis en oeuvre un taux réduit d'impôt sur les bénéfices incorporés dans le capital des PME".

Dans ses comptes nationaux détaillés pour le troisième trimestre, publiés à la veille de Noël, l'Insee a fait état d'un taux de marge au plus bas pour les entreprises françaises depuis 1985.

Les industriels du secteur manufacturier interrogés le mois dernier par l'institut Markit ont fait état d'une contraction de leur activité à son niveau le plus fort depuis mai. Selon le communiqué publié jeudi par Markit, "les entreprises interrogées mentionnent un climat d'incertitude persistant qui incite les clients à limiter les dépenses et les investissements pourtant nécessaires à la reprise du secteur".

Avec Reuters

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS