Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La CGPME apporte son soutien au mouvement des agriculteurs contre l'ecotaxe

Elodie Vallerey ,

Publié le , mis à jour le 22/10/2013 À 16H30

Un peu partout en France, les agriculteurs se mobilisent ce 22 octobre contre la écotaxe poids lourds qui doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain. Destinée à financer les infrastructures de transport, la taxe nationale sur les véhicules de transports de marchandises (TPL ou écotaxe) à partir de 3,5 tonnes pourrait fragiliser encore plus une filière agroalimentaire en difficulté, selon les syndicats. La CGPME apporte son 

La CGPME apporte son soutien au mouvement des agriculteurs contre l'ecotaxe © D.R.

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Des bornes électroniques destinées à l'enregistrement des passages des poids lourds bâchées en Seine-Maritime, des opérations escargot en région parisienne, blocages de routes nationales dans la Meuse et dans d'autres régions de l'Est... Les agriculteurs ont fait les choses en grand, mais dans le calme, ce 22 octobre, pour dénoncer l'écotaxe poids lourds du gouvernement.

Ils réclament de manière générale "l'ajournement"de cette taxe nationale prévue pour financer les infrastructures de transport. En Bretagne, où la filière agroalimentaire est en grande difficulté actuellement, le syndicat national FNSEA réclame sa suppression pure et simple.

"La filière agroalimentaire est fragile en ce moment", a commenté Arnaud Degoulet, président d'Agrial (coopérative regroupant 10.000 agriculteurs et 10.000 salariés) à un correspondant de l'AFP. "Ce n'est pas avec des cadavres qu'on va payer l'écotaxe".

D'après Guillaume Lefort, président des Jeunes agriculteurs de Seine-et-Marne, l'écotaxe représente "une hausse de cinq centimes sur une salade", rapporte l'AFP.

soutien de la cgpme

Les agriculteurs ont reçu le soutien de la CGPME dans leur combat. Dans un communiqué, la confédération des PME, qui réclame un moratoire sur l'écotaxe, rappelle que "sa mise en place au 1er janvier 2014 viendra renchérir au niveau national de 4,8% le coût du transport des marchandises par la route. Les entreprises situées en zones rurales seront particulièrement pénalisées" souligne-t-il.

LA BRETAGNE LARGEMENT BÉNÉFICIAIRE DE L'EFFET REDISTRIBUTIF DE L'ÉCOTAXE SELON LE GOUVERNEMENT

De son côté, le gouvernement tente de dégoupiller le mouvement social. Le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Stéphane Le Foll assure entendre "les réticences". "Il y a des sujets sur lesquels on est en train de regarder", a-t-il déclaré à l'AFP. "Il faut qu'on soit attentif, il y a certainement des choses qu'il faut améliorer".

Le 21 octobre, dans un communiqué, le ministère des Transports a lui aussi tenté de rassurer les agriculteurs en colère. "L'écotaxe poids-lourds ne peut pas expliquer la grave crise que traverse en ce moment le secteur agro-alimentaire en Bretagne, puisqu'elle n'est pas encore appliquée", justifie-t-on. "Grâce à un système de peréquation, la Bretagne sera largement bénéficiaire de l'effet redistributif : pour 42 millions d'euros de contribution chaque année, elle recevra 135 millions d'euros chaque année et pendant les cinq prochaines années pour l'amélioration de son infrastructure de transport", assure le communiqué.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

23/10/2013 - 11h00 -

Bonjour amis lecteurs,
Je suis bête et je ne comprends rien. L’écotaxe (issue du Grenelle de l’Environnement) prélevée sur les transports est destinée à financer les infrastructures de transport (moins polluantes).
D’autre part, les circuits courts de distribution des produits de qualité luttent efficacement contre la mondialisation et la réduction des marges induites.
Alors pourquoi une salade bretonne serait-elle plus taxée qu’une poire produite en Amérique du Sud ? C’est plutôt le produit qui voyage par avion qui devrait être écotaxé ; j’avais prévenu : je suis bête.
Salutations.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle