Economie

La CFE-CGC d'Airbus Defence and Space rejette l'accord sur le PSE

Elodie Vallerey , , , ,

Publié le

Suite à la clôture de la procédure d'information-consultation le 22 mai, le syndicat CFE-CGC d'Airbus Defence and Space dénonce les licenciements secs prévus par la direction d'Airbus Group et a refusé d'avaliser le plan de sauvegarde de l'emploi.

La CFE-CGC d'Airbus Defence and Space rejette l'accord sur le PSE © Capture Twitter

La CFE-CGC d'Airbus Defence and Space (Astrium, Cassidian, Airbus Military) dit "non" au plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) proposé par la direction du géant industriel européen Airbus Group.

Suite au comité central d'entreprise du 22 mai dernier, le syndicat - majoritaire chez Astrium - a formulé un avis défavorable au PSE et a refusé de signer l'accord avec la direction du groupe d'aéronautique, spatial et défense.

Des départs naturels bien plus nombreux que les licenciements secs prévus

Concernant la branche spatiale Astrium, le bras de fer se joue sur les licenciements secs actés par la direction. Pour Airbus Group, ils sont indispensables pour pérenniser la nouvelle entité Defence and Space ; pour le syndicat, ils sont infondés.

"Nous comptabilisons un peu plus de 200 départs "naturels" (retraites, démissions, décès etc...) par an. Avec les départs volontaires, on arrive à 900 départs sur trois ans, soit bien plus que les licenciements secs prévus", dénonce Thierry Préfol, délégué syndical central CFE-CGC chez Astrium, interrogé par L'Usine Nouvelle.

"La direction d'Astrium a les moyens de ne pas procéder à des licenciements secs", assure-t-il, rappelant le taux de rentabilité opérationnelle de 6% atteint par la branche en 2013. "Sans cet engagement, nous continuerons de dénoncer l'accord sur le PSE", tranche-t-il.

605 suppressions de postes sont prévues chez Astrium en France (contre 779 initialement prévus en décembre 2013), soit près de 9 % des effectifs de la branche. Lors du CCE du 22 mai, la direction a avancé 321 suppressions de postes liées à "l’évolution du plan de charge". Un argument irrecevable pour Thierry Préfol, pour qui "il n'y a aucun problème de charge chez Astrium à court terme".

Astrium, Cassidian et Airbus Military fusionneront officiellement au sein d'Airbus Defence and Space le 1er juillet prochain. Début mai, Airbus Group aurait accepté de reporter tout licenciement sec lié à sa restructuration après le 31 décembre 2016.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte