Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La centrale de Golfech survolée par un drone… encore une fois

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Un drone a été observé au-dessus d’une centrale dans le sud-ouest de la France. Un nouveau survol qui intervient après une vague d’intrusions aériennes qui avait eu lieu fin 2014.


Centrale nucléaire de Golfech Crédits EDF

Le mercredi 23 mars à 21h15, un drone a été aperçu survolant la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne). Le vol de quelques minutes a été effectué à une altitude de 10 mètres, ont rapporté les témoins. Quel que soit l’aéronef, la législation interdit de s’approcher des installations nucléaires dans un rayon de 5 kilomètres, en dessous de 1000 mètres d’altitude. Une enquête a été immédiatement ouverte par les autorités. Selon les informations actuelles, le pilote n’a pas encore été identifié.

C’est la troisième fois qu’un survol est observé au-dessus de ce site, les deux premiers avaient eu lieu en octobre et novembre 2014. A cette époque plus d’une quinzaine de survols de centrales avaient eu lieu, ainsi qu’un vol au-dessus de l’Elysée. Aucun des pilotes n’avait été retrouvé alors.

Des performances remarquables et des intentions floues

Cette vague de survols a été d’autant plus inquiétante que, lors d’une audition parlementaire de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) en novembre 2014, Yannick Rousselet, responsable nucléaire chez Greenpeace faisait état de performances étonnantes de certains de ces objets volants.

Selon lui, il y aurait eu des survols dans des conditions climatiques très difficiles, en particulier sous un vent de 70 km/h. Un autre drone a parcouru près de 18 kilomètres entre deux installations dans la zone de Flamanville (Manche). Il ajoute qu’un hélicoptère militaire a suivi un drone pendant plus de 9 kilomètres. Les gendarmes, présents à l’audition, réfutent cette course-poursuite en hélicoptère et affirment que seule une voiture de gendarmerie a suivi un drone sur quelques kilomètres avant de le perdre de vue.

Interrogé par l’Usine Nouvelle en novembre 2014, Michel Brière, directeur général adjoint en charge des questions de défense et de sécurité à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), juge qu'"un acte malveillant (à l’aide d’un drone) ne viserait pas forcément un accident nucléaire. Une centrale nucléaire pourrait être mise temporairement hors service par l’attaque d’une autre zone que le réacteur. Une opération d’envergure sur plusieurs sites, nucléaires ou non, pourrait handicaper un pays".

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle