Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La centrale de Chinon achève l'installation de ses diesels d'ultime secours

, , ,

Publié le

EDF achève l'installation de générateurs de secours sur la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) dotée de quatre réacteurs. L'investissement total des mesures post-Fukushima s'élève à 250 millions d'euros.

La centrale de Chinon achève l'installation de ses diesels d'ultime secours
EDF a terminé l'installation de générateurs diesel ultime secours (DUS) sur les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire)
© EDF

La centrale nucléaire EDF d'Avoine, près de Chinon (Indre-et-Loire), achève la construction de ses générateurs diesel d'ultime secours (DUS), rendus nécessaires après les préconisations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) suite à la catastrophe de Fukushima (Japon) en mars 2011.

Entamé en 2016, le génie civil est terminé. Les travaux de branchement et d'installation prendront fin au dernier trimestre. Le budget moyen de ces énormes moteurs abrités sous des boites en béton est de 30 millions d'euros par unité, indique en substance Antoine Ménager, directeur de la centrale depuis janvier. Chaque DUS délivre une puissance de 3,6 MW.

Cette centrale de 1500 salariés tourne avec quatre réacteurs de 900 MW. Ici, le programme d'investissement post-Fukushima s'élève à 250 millions d'euros. Pour la suite, EDF prévoit de creuser un forage dans la nappe alluviale pour créer une seconde source de refroidissement des réacteurs, comme c'est également préconisé par l'ASN. "Ce sera fait à horizon 2021", indique Antoine Ménager. Puis viendra en 2022-2023 la construction d'un Centre de crise local (CCL), un bunker sécurisé apte à accueillir une cellule de crise en cas d'incident.

Un tiers du prix de revient du KW/h

Le réseau Sortir du Nucléaire dénonce les investissements "faramineux" qui renchérissent le coût du kw/h d'origine nucléaire. Lors d'une récente réunion publique, Antoine Ménager, directeur de la centrale, a répondu que le prix de revient du mégawatt/heure nucléaire était de 32 euros, dont 10 euros pour ces mesures post-Fukushima. "Pour l'instant, hormis la production hydraulique, il n'y a pas moins cher", assure-t-il.

Mis en service entre 1981 et 1987, les quatre réacteurs de la centrale de Chinon-Avoine délivrent environ 5% de la consommation électrique du pays. Ils alimentent une grande partie du nord-ouest de la France, jusqu'en Bretagne. EDF veut prolonger leur durée de vie jusqu'à 60 ans. 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • EDF/CNPE à AVOINE (37420)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus