L'Usine Agro

La Cave de Tain a soif d’espace

, , , ,

Publié le

Alors qu’elle fête cette année ses 80 ans d’existence, la cave coopérative de Tain-l’Hermitage (Drôme) va consacrer 10 millions d’euros à l’extension et au réaménagement de ses chais et de sa boutique. Un investissement destiné avant tout à pérenniser la qualité des quelque 50 000 hectolitres vinifiés chaque année mais aussi voué à en faire un outil de développement touristique à part entière puisqu’une partie de cette nouvelle cuverie sera ouverte à la visite.

La Cave de Tain a soif d’espace © D.R

Les entreprises citées

Créée en 1933 sous une forme coopérative afin d’inciter les viticulteurs de la vallée du Rhône à privilégier la qualité plutôt que la quantité, la Cave de Tain vinifie chaque année 50 000 hectolitres et commercialise près de cinq millions de cols pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 24 millions d’euros, réalisé à hauteur de 20 % à l’export. Elle regroupe 300 adhérents et compte une cinquantaine de salariés. Le 15 novembre, la cave coopérative de Tain-l'Hermitage (Drôme) a donné le coup d’envoi d’un chantier de 10 millions d’euros.

Les travaux vont notamment consister - après avoir détruit une partie de l’existant - à agrandir le site de 2 500 mètres carrés sur deux niveaux et demi. L’espace ainsi gagné va être mis à profit pour réorganiser et rendre accessible au public une bonne partie de la vinification ainsi que la vinothèque où sont conservés et vieillissent quelques millésimes de légende, le site ayant vocation à devenir un outil de développement touristique à part entière au même titre - et dans une logique de complémentarité - que la Cité du chocolat aménagée par Valrhôna à quelques kilomètres de là et ouverte au public depuis le 24 octobre.

Nouveau chai de vinification haut de gamme

"Nous allons agrandir notre zone de réception des raisins de manière à pouvoir en optimiser la collecte quand on les jugera à maturité mais aussi nous doter d’un nouveau chai de vinification haut de gamme pour les rouges avec une zone de pressurage et de débourbage entièrement reconfigurée. Notre aire de stockage des produits finis va également être agrandie de même que la boutique. En revanche, nous ne touchons pas à la ligne d’embouteillage dont les capacités aujourd’hui nous suffisent et ce d’autant plus que nous n’avons pas l’intention de produire plus, mais mieux", précise Xavier Gomart, son directeur.

Ces investissements s’inscrivent dans le prolongement de ceux réalisés au cours des années précédentes (quai dédié à la réception des raisins bio et lancement du tri optique en 2012, regroupement du pôle technique en 2009, modernisation des postes de réception des vendanges en 2004, mise en place des pressoirs pneumatiques en 2000) mais aussi ceux réalisés chaque année à l’image des 400 000 euros que consacre tous les ans la Cave de Tain dans le renouvellement d’une partie de ses fûts où sont élevés et conservés les précieux nectars aux nom évocateurs tels que Crozes-Hermitage, Hermitage, Saint-Joseph, Cornas et Saint-Péray.

Frédéric Rolland

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte