Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La capacité de production mondiale cumulée du solaire et de l’éolien atteint 1 térawatt

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF), la capacité de production mondiale cumulée d’énergie solaire et d’énergie éolienne a atteint 1 térawatt (un millier de milliard de watts). Si l’éolien domine légèrement à 54%, le solaire enregistre une croissance beaucoup plus forte.

La capacité de production mondiale cumulée du solaire et de l’éolien atteint 1 térawatt
Un ensemble de panneaux photovoltaïques.
© Fisrt Solar

Les énergies renouvelables franchissent un cap. Selon les chiffres de l’institut d’études Bloomberg  New Energy Finance (BNEF), la capacité de production mondiale cumulée d’énergie solaire et d’énergie éolienne a atteint 1 térawatt (un millier de milliards de watts). Un communiqué, publié jeudi 2 août 2018 précise que le chiffre exact est de 1 013 GW selon les dernières analyses datant du 30 juin 2018. En y ajoutant les autres énergies vertes, comme l’hydroélectricité, le chiffre totalise 2 TW. Maintenant le solaire et l’éolien représentent le plus gros de la croissance selon BNEF. A titre de comparaison, la dernière édition du rapport World Nuclear Industry Status Report (WNIS) fait état d'une capacité de production de l'ensemble du parc nucléaire mondial (403 réacteurs en activité) de 351 GW en 2017.

D’après les donnée de BNEF, depuis 2000, la capacité de production cumulées de l'énergie solaire et de l'énergie éolienne a été multipliée par 65 et a même quadruplé depuis 2010. Les moyens sont quasiment répartis équitablement : 54% pour l’éolien et 46% pour le solaire.

Une croissance de l’énergie solaire beaucoup plus forte

Les chiffres de BNEF soulignent une progression du solaire beaucoup plus importante. Depuis 2017, la capacité de production d’énergie solaire a augmenté de 46% alors que celle de l’éolien n’a crû que de 8%. Sur la même période le nombre de panneaux photovoltaïques a été multiplié par 57.

BNEF estime que l’investissement nécessaire pour arriver à 1TW s’est élevé à 2,3 billions de dollars (2,33 milliers de milliards de dollars soit 2000 milliards d’euros). Celui pour atteindre le second térawatt, en 2022 selon les projections du cabinet, serait beaucoup plus bas à 1,23 billion de dollars (1,07 billion d’euros).

 

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

08/08/2018 - 10h22 -

Merci monsieur Soares de votre utilisation correcte du mot billion en français ! L'inculture actuelle égare souvent les ignares à considérer que "billion" n'est qu'un terme anglais signifiant "milliard", alors qu'en réalité le style d'écriture des nombres est simplement différent entre le français et l'anglais. Nous utilisons un style "long", c'est-à-dire million, milliard, billion, billiard, trillion, trilliard, etc. tandis que l'anglais utilise un style court : million, billion, trillion, etc. Bonne continuation à vous !
Répondre au commentaire
Nom profil

08/08/2018 - 04h47 -

Pas très professionnel cet article, traduire trillion en billion et dire que ce sont des miiliers de miilions, ecrire 2022 comme si c'était des chiffres, . De plus le nucléaire représente plus de 10% et le fossile plus de 65% de la production mondiale, donc le renouvelable ne peut pas être 2,5 fois plus important que le nucléaire. Incompréhensible qu'il n'y ait pas de relecture des articles. et dire que des personnes payent un abonnement et que ces journalistes sont payés (si c'est comme cela que l'on peut nommer la personne qui a écrit et celle qui a publié cet article) . Totalement inadmissible
Répondre au commentaire
Nom profil

24/08/2018 - 15h20 -

Bien que les chiffres paraissent en effet un peu démesuré il ne faut pas confondre capacité de production et production réelle. En effet le solaire et l'éolien sont des énergies intermittentes et sont loin de produire à 100% contrairement au nucléaire. Si l'on prend l'exemple de l'éolien en France pour 13,4 GW de capacité de production en 2017 la production annuelle était de 22,6TWh contre 63,2 GW de capacité nucléaire pour une production de 379,1 TWh.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/09/2018 - 11h10 -

Si je vous suis bien Mr Lau: Nous avons besoin de capacités installées de 240 GW en ENR en France pour produire les 379,1TW/H, soit au vu des coûts pour installer 1 GW d'ici 2022, un investissement de +- 250 milliards d'Euros. C'est pas donné, mais ça semble tout de même jouable. Si on étale ce coût sur 10 ans, ça fait 25 Mds€ / an, sans gain de productivité ni lissage. Sur 20 ans, 12,5 Mds €. C'est pas neutre, mais ça ne fait que 186€ / personne / ans sur 20 ans.
Répondre au commentaire
Nom profil

07/08/2018 - 22h34 -

La remarque de NICOLLE est sans objet en regard de l'information de l'article, et du graphique qui représente bel et bien ce qui est produit effectivement. Ce TW peut ne représenter que 10 à 35%% de ce que les installations pourraient produire à 100% …. et alors ? De plus les champions de l'atome ne se rendent manifestement pas compte que le 80 à 100% dont il est fait état ici sont totalement illusoires, surtout lorsque les grosses chaleurs obligent arrêter les centrales. L'année prochaine ce sera 4 centrales, l'année d'après ce sera 6 ou 8.... les périodes de canicules ont une probabilité élevée de voir leur fréquences et leur durées s'accroitre dans l'avenir. Le NUK est dangereux et il faut être bien aveugle pour ne pas s'en rendre compte. 3 Accidents majeurs en 50 ans, dans trois pays techniquement développés, qu'en sera-t-il lorsque la solution NUK se sera répandu sur toute la planète (si tant est que cela se produise) dans des pays où l'intellectuel moyen sait tout juste lire ?
Répondre au commentaire
Nom profil

08/08/2018 - 18h48 -

Solution NUK ??? C'est quoi ? Merci.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/08/2018 - 09h19 -

La remarque de Nicolle est tout à fait valable: le graph indique une capacité installée, pas un volume produit. Donc pour comparer il faut bien prendre en compte les facteurs de charge. Si on prend ceux ci en considération, les énergies renouvelables sont encore loin du nucléaire.
Répondre au commentaire
Nom profil

07/08/2018 - 14h01 -

Sans vouloir minimiser ces résultats il faut insister sur le fait que la comparaison des capacités de production d'électricité n'a qu'une signification très limitée. Le caractère intermittent des energies éolienne et solaire font que les production du solaire et de l'éolien correspondent à entre 10 et 35% de la capacité installée. Lhydroelectricite le gaz ou le charbon et le nucléaire ont des taux d'utilisation beaucoup plus élevés et de l'ordre de 80 à 100%.Un peu de recul SVP
Répondre au commentaire
Nom profil

08/08/2018 - 08h45 -

très juste, attention au rédacteur de ne pas comparer énergie pilotable et intermittente
Répondre au commentaire
Nom profil

07/08/2018 - 09h58 -

Et le résultat de tous ça les gaz à effet de serre continuent d'augmenter !!! dans le monde cherchez l erreur et de plus nous avons jamais autant brulé de charbon pour faire de l'électricité merci l'inde et la chine donc en conclusion l'intermittence des ENR restent un énorme problème Les lois de la physique sont plus fortes que l'idéologie de certains soit disant écolo Bien à vous
Répondre au commentaire
Lire la suite

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle