La Bundesbank réduit sa prévision de croissance pour 2019

FRANCFORT (Reuters) - La Bundesbank a fortement abaissé vendredi ses prévisions de croissance pour l'Allemagne, estimant que les industriels de la première économie de la zone euro souffriront d'une faiblesse de la demande sur le reste de l'année.
Partager
La Bundesbank réduit sa prévision de croissance pour 2019
A Berlin. La Bundesbank a fortement abaissé vendredi ses prévisions de croissance pour l'Allemagne, estimant que les industriels de la première économie de la zone euro souffriront d'une faiblesse de la demande sur le reste de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch

La banque centrale allemande table désormais sur une croissance de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) allemand en 2019, soit bien en dessous de sa précédente prévision d'une croissance de 1,6% donnée en décembre.

La Bundesbank s'attend à ce que la croissance rebondisse à 1,2% l'an prochain, contre +1,6% attendu auparavant pour 2020.

"L'économie allemande connaît actuellement un ralentissement marqué", a indiqué la banque centrale à l'occasion de l'actualisation bi-annuelle de ses projections. "C'est principalement dû à un ralentissement dans l'industrie, où la faible croissance des exportations se fait sentir".

Selon des données publiées vendredi, la production industrielle et les exportations de l'Allemagne ont reculé plus que prévu en avril, reflétant les vents contraires auxquels est confronté le pays avec les tensions commerciales et les incertitudes sur le Brexit.

La banque a averti que même si elle ne s'attendait pas à un déclin plus prononcé de l'économie, les risques sur ses estimations restaient orientés à la baisse.

"Pour la croissance économique, et dans une moindre mesure, pour le taux d'inflation, ce sont les risques baissiers qui prédominent en l'état actuel des choses".

L'inflation est toujours attendue à 1,4% cette année, mais étant donné le ralentissement économique, la hausse des prix serait plus lente qu'anticipé, a indiqué la Bundesbank.

La prévision d'inflation pour 2020 est fixée à 1,5%, contre 1,8% attendu en décembre et sous l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'inférieure mais proche de 2%.

Jeudi, la BCE a de nouveau repoussé l'horizon du premier relèvement de ses taux directeurs depuis la crise financière et dit qu'elle pourrait continuer de rémunérer les banques qui prêtent aux entreprises et aux ménages dans un contexte de dégradation des perspectives de croissance.

(Balazs Koranyi, Blandine Hénault pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS