La Bundesbank presse Paris de donner le bon exemple budgétaire

PARIS (Reuters) - Il revient à chaque pays de la zone euro de créer chez lui un environnement favorable à la croissance et la France doit exercer son leadership en Europe en donnant le bon exemple, notamment en matière budgétaire, a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann.

Partager

Dans une interview publiée mardi par Le Monde, il estime en outre qu'il n'y a "aucun scénario déflationniste auto-entretenu" en Europe et que l'inflation comme la croissance devraient repartir progressivement.

Après le gouvernement allemand la semaine passée, le gouverneur de la Bundesbank oppose une fin de non-recevoir à l'appel lancé par François Hollande à l'Allemagne pour qu'elle contribue à la relance de la croissance en Europe.

"Je suis sceptique quant à l'idée que l'on puisse réclamer plus de croissance durable depuis l'extérieur", dit-il. "Ce n'est ni aux gouvernements voisins, ni à la Banque centrale européenne (BCE), mais à chaque gouvernement de créer chez lui un environnement favorable à l'innovation des entreprises et à l'emploi."

Alors que la faiblesse de la croissance fait peser d'importants risques sur les objectifs de baisse des déficits publics en France, Jens Weidmann estime que "Paris devrait exercer son leadership en donnant le bon exemple, notamment en matière budgétaire."

Répondant au gouvernement français, qui a pointé les risques de déflation dans la zone euro, il déclare que celle-ci n'est "pas dans un scénario déflationniste auto-entretenu, avec des stratégies de report des achats de la part des consommateurs."

"La reprise est fragile mais le taux d'inflation et la croissance devraient repartir progressivement", dit-il.

Face aux critiques françaises sur l'euro fort, il estime encore que "la tentative d'augmenter la compétitivité de nos économies par un affaiblissement de l'euro ne devrait pas être le fondement de la monnaie unique".

A propos de la politique de la BCE, il réitère la position allemande, estimant que la Banque centrale européenne doit attendre de voir l'effet des mesures annoncées en juin avant de discuter de la pertinence de nouvelles actions.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS