Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

La Brosserie Française, la brosse à dents tricolore qui défie la Chine

, , ,

Publié le

Vidéo Dernier fabricant de brosses à dents de l'Hexagone, la Brosserie Française rapatrie sa production de Chine. Rescapée de la liquidation, cette entreprise de Beauvais (Oise) table sur la qualité et propose des produits très compétitifs.

La Brosserie Française, la brosse à dents tricolore qui défie la Chine © Timothée L'Angevin - L'Usine Nouvelle

Du Made in France de qualité qui défie les prix asiatiques ! Pour un produit de grande consommation, ce pari peut paraître contradictoire. Mais c'est celui que relève la Brosserie Française, dernier fabricant de brosses à dents de l'Hexagone. Nichée entre les voies de chemins de fer de la ville de Beauvais (Oise) et la rivière du Thérain depuis 1846, l'entreprise a décidé de rapatrier peu à peu sa production de Chine où il ne lui reste plus que trois outillages sur dix. "A la fin du premier trimestre de l'année prochaine, toute notre production sera à la maison !" se félicite Olivier Remoissonnet, directeur général de la Brosserie Française.

Placé en redressement judiciaire en octobre 2011, la société, ex-Duopole, enregistrait des pertes colossales, malgré la délocalisation de la moitié de son activité en Asie. La société a été sauvée le 9 novembre de l'année suivante, six jours avant sa liquidation. Un an après sa résurrection, l'avenir de la Brosserie Française, qui produit également des brosses à cheveux, visage et ongles, se dessine : son chiffre d'affaires s'est stabilisé à 4,2 millions d'euros et aucun des 26 salariés n'a été licencié. Pour cette ex-filiale de LVMH qui a employé jusqu'à 170 personnes, la pente a été longue à remonter. 

Histoire de la brosse à dents par Olivier Remoissonnet, directeur général de la Brosserie Française

Contrôle sur toute la chaine de production

"Pour des produits aussi sensibles que la brosse à dents, nous voulons être sûrs de la manière dont ils sont fabriqués." Pour Olivier Remoissonnet, le Made in France se présente comme l'unique solution pour contrôler la totalité de la chaine de production. Il s'est associé avec deux entreprises d'injection plastique pour relancer la marque Bioseptyl, Natta à Berd'huis (Orne) et BVI à la Ferté Bernard (Sarthe), qui s'occupent de la fabrication des manches de brosses à dents. Les opérations d'empoilage (insertion des fils de nylon sur la tête la brosse) et de conditionnement sont réalisées à Beauvais.

Diaporama sonore sur la chaine de production de la brosse à dents dans l'usine de la Brosserie Française

Si on exclut les billes de plastiques et les torons de nylon achetés à des fournisseurs internationaux, la production de la Brosserie Française est exclusivement tricolore. L’entreprise a modernisé les outils de production de son usine (à hauteur de 120 000 à 130 000 euros à terme) et celles de ses associés (120 000 euros). "Avec ces nouvelles machines, la production a été simplifiée pour les opérateurs et la cadence a été multipliée par trois", assure le dirigeant.

 

 

Etre compétitif face aux produits chinois

Cette proximité entre les différents acteurs et la mainmise sur tout le process permettent à la Brosserie Française d'être très réactive et de travailler à flux tendus. "Nous avons une politique de gestion du budget très serrée", glisse Olivier Remoissonnet. Allégement de 30 % des manches. Pas de "matraquage" publicitaire, mais des salons et des symboles tricolores forts. Une simplification administrative de l'entreprise, pas ou peu d'intermédiaires... Des gains qui lui permettent de proposer ses produits à des prix très compétitifs.

"Notre pack de trois brosses à dents est vendu 2,30 euros en grande surface, précise le dirigeant. Le même produit à technicité équivalente fabriqué en Chine peut grimper à 2,90 euros. Pour des produits de grande consommation, le choix peut être vite fait." Avec 8 millions de brosses à dents produites cette année (4,2 % du marché français), la Brosserie Française espère retrouver sa santé des années 1970, lorsque 12 % des brosses à dents consommées en France sortaient des lignes de Beauvais. Les producteurs low cost peuvent aller se brosser…

Détails de l'empoilage de la brosse à dents

Timothée L'Angevin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle