Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La Brasserie Pietra s’offre une nouvelle ligne pour ses vingt ans

, , ,

Publié le

La brasserie Pietra, née à Furiani (Haute-Corse), fête ses vingt ans. Le couple Sialelli à l’origine de cette success-story vient d’investir 3 millions d'euros dans une nouvelle ligne d’embouteillage. Et l’aventure de la bière insulaire pourrait bien ne pas s’arrêter là.

La Brasserie Pietra s’offre une nouvelle ligne pour ses vingt ans © DR

"Avoir la foi, c’est monter la première marche sans voir le reste de l’escalier." La voix étranglée par l’émotion, Dominique Sialelli savoure l’instant. Devant un aréopage de notables corses et d’amis, le fondateur de la brasserie Pietra mesure le chemin parcouru avec sa femme Armelle. Au pied du stade de Furiani, dans la banlieue de Bastia (Haute-Corse), la bière corse peut couler à flot. Elle célèbre en 2016 ses vingt ans d’existence. Une nouvelle ligne d’embouteillage a été inaugurée vendredi 3 juin, à Furiani, pour un montant de 3 millions d'euros. Preuve que la réussite économique peut naître aussi au cœur du maquis !

10 millions d'euros d’ici trois ans

Un bâtiment de 1 000 mètres carrés est sorti de terre, dans la continuité de l’existant pour accueillir la nouvelle ligne d’embouteillage financée pour moitié par BpiFrance. La nouvelle ligne entièrement automatisée, d’une capacité totale de 200 000 hectolitres annuels, produit désormais à une cadence de quelque 23 000 bouteilles/heure.

"Nous envisageons d’investir environ 10 millions d'euros supplémentaires dans les trois ans à venir, assure Dominique Salielli qui vient de signer un très important accord commercial avec le géant Kronenbourg. Il nous permettra d’être présent dans 1 000  nouveaux points de vente sur le continent." La brasserie table sur 20 000 hectolitres de mieux d’ici 2019. Sans oublier des prises de participation dans d’autres brasseries locales. Vingt ans plus tard, les époux Salielli ont toujours soif de réussite.

Précurseur de la bière corse locale

Pourtant l’affaire n’était pas gagnée d’avance. En 1992, le couple Sialelli - aujourd’hui âgé de 58 et 59 ans - vit et travaille à Paris. Diplômé d’HEC, Dominique est cadre dans un domaine d’activité très éloigné de sa future reconversion. "Comme beaucoup de Corses, nous cherchions à revenir au pays, sourit-il. Mais il fallait créer notre business. A cette époque, il n’existait que des groupes internationaux qui produisaient de la bière. Il n’y avait pas non plus de bières locales. La France ne comptait plus qu’une vingtaine de brasseries. Nous avons pensé qu’il y avait sans doute une carte à jouer."

"Scepticisme généralisé"

Etude de marché, business-plan, recherche de capitaux. Quatre en plus tard, les Sialelli sautent le pas et lancent la Pietra, première bière corse à base de châtaigne, "dans une ambiance de scepticisme généralisé". Le concept du produit régional et identitaire s’installe progressivement. "Dans les années 90, la mondialisation a redonné le goût aux produits locaux", assure Dominique qui fait ainsi mentir tous les Cassandre. L’amateurisme des débuts cède le pas à une entreprise solide, passant de 2 500 hectolitres la première année, à 72 000 aujourd’hui.

Vingt ans plus tard, la brasserie corse est devenue une institution plus que rentable. La marque décline deux autres bières (Colomba et Serena), réalise 18 millions d'euros de chiffre d’affaires et compte 41 salariés à temps plein, plus une dizaine de saisonniers.

Geneviève Colonna d’Istria, à Furiani (Haute-Corse)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle