Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La branche aciers longs de Tata Steel pourrait être rachetée par Greybull Capital

Marine Protais , , , ,

Publié le

Le fonds britannique Greybull Capital pourrait acquérir le pôle aciers longs de Tata Steel Europe, dont le site d'Hayange en Moselle. Il y a un an, la proposition de rachat du groupe Klesch n'avait finalement pas abouti.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Nouvelle tentative de sauvetage pour Tata Steel. La branche européenne du sidérurgiste indien a annoncé, mardi 22 décembre, être en négociations exclusives avec le fonds britannique Greybull Capital. Ce dernier pourrait racheter sa division Produits longs Europe.

4 700 salariés et sept usines sont concernés par la transaction, majoritairement en Grande-Bretagne, mais aussi en France,  à Hayange (Moselle). Cette aciérie produit notamment des rails de train pour SNCF Réseau.

"C'est une période difficile pour toute l'industrie, et nous explorons toutes les options afin d'offrir un futur à notre division Produits longs Europe", justifie Karl Koehler, le directeur général de Tata Steel en Europe. En octobre, le sidérurgiste avait annoncé la restructuration de ses aciéries au Royaume-Uni, menaçant 1 200 emplois.

Sauvetage raté il y a un an

"Il est encore trop tôt pour garantir que les discussions avec Greybull Capital aboutissent à quelque chose", prévient Karl Koelher dans le communiqué.

En octobre 2014, Tata Steel avait signé un protocole d'entente avec Klesch pour la vente de la même branche d'activité. Le groupe suisse s'était finalement rétracté. Gary Klesch, son dirigeant américain, expliquait en août 2015 au Financial Times, qu'il avait renoncé à Tata Steel à cause des importations d'acier chinois à bas prix et aux coûts élevés de l'énergie. Il avait également souligné sa déception face au désintérêt du gouvernement britannique pour la sidérurgie.

Si cette fois-ci, si le rachat a bien lieu, il faudra l'accord de Bercy pour le site d'Hayange. Les investissements étrangers dans le secteur ferroviaire, considéré comme stratégique, sont soumis à l'autorisation de l’Etat français.

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle