La BPI n'est pas une banque pour canards boiteux, dit Jouyet

PARIS (Reuters) - La Banque publique d'investissement, nouvel organisme destiné à aider au financement des PME françaises, aura pour mission première de soutenir des projets d'avenir et non pas de venir en aide aux entreprises en difficulté, a déclaré vendredi son futur président.

Partager

"La BPI aura vocation à maintenir l'activité et non pas à aider les canards boiteux", a dit Jean-Pierre Jouyet sur Europe 1.

"La BPI aura vocation essentiellement à financer des PME et des entreprises de taille intermédiaire", a-t-il ajouté, en référence aux difficultés traversées par certaines grandes entreprises comme PSA.

Jean-Pierre Jouyet a souhaité ainsi levé les craintes de voir le nouvel organisme s'épuiser à lutter contre les plans sociaux qui se multiplient dans les régions françaises.

"Nous, nous souhaitons aider des projets d'avenir. Pour le reste, c'est à d'autres dispositifs de jouer", a-t-il dit.

Jean-Pierre Jouyet, le numéro un de la Caisse des dépôts, à laquelle la BPI sera adossée, est un proche de François Hollande même s'il fut secrétaire d'Etat sous Nicolas Sarkozy.

La BPI "est présidée par quelqu'un qui a beau avoir beaucoup de sympathie et d'amitié pour le président de la République mais qui a une réputation d'indépendance", a-t-il dit.

"Je m'engage à être indépendant, à être au service du développement des PME, des entrepreneurs dont nous avons besoin pour combler le manque de croissance" dont souffre l'économie française, a-t-il ajouté.

L'acte de naissance de la BPI, dont Nicolas Dufourcq assurera la direction générale, a été signé mercredi en conseil des ministres. Elle devrait débuter son activité en janvier 2013.

Patrick Vignal

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS