Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

La Bourse de Casablanca en passe de faire sa révolution

, ,

Publié le

Le projet de loi relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier a été approuvé ce 10 septembre par le Conseil de gouvernement. Il prévoit notamment la création d'un marché pour les PME et assouplit les conditions d'accès au marché marocain, le quatrième d'Afrique.

La Bourse de Casablanca en passe de faire sa révolution
Karim Hajji, directeur général de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC)
© Bourse de Casablanca

Mini-révolution financière en vue au Maroc. La bourse de Casablanca pourrait être profondément réformée suite à l'approbation ce jeudi 10 septembre par le Conseil du gouvernement du projet de loi 19-14 relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier (voir l'intégralité du projet de loi ci-dessous).  

une valorisation actuelle de 43,5 milliards d'euros

Ce projet de loi propose parmi ses dispositions phares, la création sur la bourse des valeurs de Casablanca de deux marchés, un principal et un second dit alternatif dédié aux PME leur permettant notamment l'accès au marché avec des conditions adaptées.

Autre nouveauté proposée, les entreprises étrangères même s'ils n'ont pas leur siège au Maroc pourraient être cotées dans l'un des compartiments du marché. Objectif : donner du poids à la place financière marocaine face aux  trois principales places africaines  : Johannesburg, Le Caire et le Nigerian Stock Exchange de Lagos.

Dans une interview à L'Usine Nouvelle l'an dernier Karim Hajji, DG de la bourse de Casablanca estimait au chiffre trop modeste de 27% la part des investisseurs étrangers sur la place marocaine, la plupart, qui plus est, via les grosses valeurs comme Maroc Telecom.

Pour rappel, le Maroc a mis en place ces dernieres années un cadre fiscal, social et législatif dit Casablanca Finance City (CFC) visant à faire peu à peu de Casablanca, une place financière et d'affaires à l'échelle du continent.

Dans ce cadre, un marché boursier large et profond est un élement clé de l'écosystème financier. Or, Casablanca stagne avec une valorisation actuelle de 475 milliards de dirhams soit 43,5 milliards d'euros (1000 dirhams = 92 euros) soit moins de la moitié du PIB marocain.

Avant la crise financière de 2008 ce ratio a dépassé 80%. Pour rappel, l'indice MASI (toutes valeurs) avait progressé de 5,5% en 2014 et depuis le début de l'année est actuellement en retrait de 3,3%.

De plus, il n'y a eu cette année qu'un seul IPO (Total Maroc) tout comme l'an dernier (Dar Saâda).

Parfois incriminé pour sa rigidité, le cadre législatif actuel devrait donc être assoupli. Le fonctionnement du marché et les critères d'admission seraient désormais fixés par le Règlement général de la Bourse et non plus par la loi.

Autre disposition phare, l'élargissement des pouvoirs des sociétés de bourse qui auraient le choix d'exercer d'autres activités que celles d'intermédiation qui leur sont habituellement réservées.

Casablanca Finances City, un nouveau statut

Afin d'améliorer l'autorité des marchés financiers, il est proposé un renforcement des pouvoirs de sanction de l'AMMC. Cette dernière pourrait ainsi prononcer des sanctions pécuniaires de l'ordre de 5000 à 100000 dirhams, à l’encontre de tout acteur qui ne déclarerait pas dans les délais prescrits un franchissement à la hausse ou à la baisse de l’un des seuils de participation dans une société cotée par exemple.

Nasser Djama

Quatrième en Afrique
Avec une valorisation de 50 milliards de dollars, la Bourse de Casablanca occupe la quatrième place du continent très loin derrière le poids lourd sud-africain Johannesburg SE qui culminait en août à 817 milliards de dollars. Mais les deux autres premières places ne sont pas si éloignés que cela de Casablaca avec 57 milliards de dollars pour Le Caire cahutée par les troubles politiques ces dernières années et 52 milliards de dollars pour Lagos qui souffre de l'effondrement des prix du pétrole.

 

Maroc note de présentation du projet de loi n° 19-14 relatif à la bourse des valeurs

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle