La BNS fixe un cours plancher pour la parité franc-euro

par Pascal Schmuck

Partager

ZURICH (Reuters) - La Banque Nationale Suisse (BNS) annoncé mardi qu'elle fixait un cours plancher de 1,20 franc pour un euro afin de répondre à la surévaluation actuelle de la devise suisse qu'elle juge "extrême", une décision qui a aussitôt fait chuter le franc.

Vers 10h35 GMT, la monnaie plongeait ainsi de plus de 8,5% face à l'euro, à 1,2031 franc et reculait de plus de 7,5% face au dollar. De son côté, l'euro avançait de plus de 1% par rapport au billet vert.

Le franc suisse, valeur refuge fortement recherchée par temps d'incertitudes, avait atteint des plus hauts historiques début août face à l'euro et au dollar et n'avait pas sensiblement baisse malgré l'injection massive de liquidités par la BNS depuis près d'un mois.

Sur la Bourse suisse, le SMI bondissait de plus de 4,5%, entraînant dans son sillage les autres places européennes, qui profitent également d'un rebond technique après le plongeon de la veille.

L'or, l'autre valeur refuge traditionnelle à côté du franc suisse par temps d'incertitude, perdait de son côté plus de 2% à la suite de la décision de la BNS après avoir atteint dans la matinée un nouveau record en raison des inquiétudes sur la crise de la dette dans la zone euro.

Tom Kendall, analyste chez Crédit suisse pense toutefois que l'or, déjà en hausse de 34% depuis le début de l'année, devrait bénéficier de la perspective de voir la BNS intervenir à répétition sur le franc.

Selon la banque centrale suisse, l'envolée du franc "constitue une grave menace pour l'économie suisse et recèle le risque de développements déflationnistes".

Dans un communique, la BNS souligne qu'à partir de ce jour, elle ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes et qu'elle fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise, ajoutant qu'elle était prête à acheter des devises en quantité illimitée.

FRANC ENCORE ÉLEVÉ À 1,20 POUR UN EURO, SELON LA BNS

La BNS précise toutefois que "même à 1,20 franc pour un euro, la monnaie helvétique reste à un niveau élevé" et que "si les perspectives économiques et les risques de déflation l'exigent, la Banque nationale prendra des mesures supplémentaires".

"Je suis relativement optimiste que la BNS pourra y arriver. A 1,10 le franc était clairement surévalué à tel point que tôt ou tard, une dépréciation était inévitable. On peut penser que le franc va se stabiliser à proximité de ce niveau de 1,20 et même aller au-delà", a estimé Martin Neff, autre analyste de Credit suisse.

La Banque centrale européenne (BCE) a dit qu'elle avait pris note de la décision de la BNS qui a été prise "sous sa propre responsabilité", a précisé le conseil dans une communiqué. C'est la première fois qua le BCE commente directement les efforts de la BNS pour limiter la force du franc.

Cette décision intervient alors que se sont multipliés récemment les appels à un cours fixe. La veille, le ministre de l'Economie suisse Johann Schneider-Ammann appelait la Banque nationale suisse (BNS) a prendre des mesures au sujet de la surévaluation du franc, estimant qu'un taux de change euro-franc suisse proche de la parité de pouvoir d'achat serait idéal (voir

)".

Selon Johann Schneider-Ammann, la parité de pouvoir d'achat entre l'euro et le franc suisse se situe vers 1,35 franc pour un euro.

Il faisait écho à l'inquiétude de l'Union syndicale suisse qui avait plaidé peu auparavant pour que la BNS impose un taux plancher de 1,40 franc pour 1 euro.

Edité par Robin Bleeker et Benoît Van Overstraeten

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS