La bio-impression 3D de peau humaine passe du modèle de labo au bloc opératoire

La bio-impression 3D de peau a été mise en avant lors du salon virtuel Additiv Medical, qui a rassemblé le 26 janvier les spécialistes de l’impression 3D dédiée au médical. Cette technologie jugée prometteuse se prépare à passer à des applications à but thérapeutique.

Partager
La bio-impression 3D de peau humaine passe du modèle de labo au bloc opératoire

Imprimer de la peau en 3D ? Cette technologie prometteuse a été mise en avant le 26 janvier lors du salon Additiv Medical, dédié à l'impression 3D et organisé par le média 3D Natives. Fabien Guillemot, co-fondateur et directeur technique de Poietis et Christophe Marquette, directeur de chercheur CNRS et coordinateur de la plateforme 3D.Fab (3D Fabric of Advanced Biology), ont présenté leurs travaux dans l’impression de tissus cutanés humains.

Cette technologie consiste à imprimer couche à couche des cellules humaines contenues dans des « encres » biologiques. Une phase de croissance des cellules est ensuite nécessaire pour aboutir à un tissu fonctionnel. « Outre le fait que nous pouvons obtenir une peau dotée de certaines fonctions, La bio-impression permet d’accélérer le temps nécessaire à la maturation des tissus d’un facteur 2 ou 3 par rapport à la technologie in vitro», souligne Christophe Marquette.

De l’échantillon pour l'industrie cosmétique aux essais cliniques de greffe

Jusqu’à présent cantonnée à la mise en point de modèles de peau humaine, destinés notamment à l’industrie cosmétique pour évaluer ses produits en laboratoire, la bio-impression cherche maintenant ses marques dans des applications à visée thérapeutique. « Depuis deux ans nous adaptons notre technologie pour soigner des patients confrontés à des problèmes de cicatrisation, par exemple pour des grands brulés, dans le cas de plaies chroniques ou d’ulcère », précise Fabien Guillemot.

En février 2020, Poietis a démarré des essais précliniques avec Assistance publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), en vue de la première greffe d’un tissu humain bio-imprimé. « Nous prévoyons de débuter les essais cliniques dans un délai de 12 à 18 mois », assure Fabien Guillemot. En préparation de ces essais, la société bordelaise a lancé dans le courant de l’été 2020 un tour de table de 3 millions d’euros et envisage une nouvelle levée de fonds de 10 millions d’euros en 2021.

La bio-impression au bloc opératoire

De son côté, la plateforme 3D.Fab, dédiée à la médecine régénérative, a travaillé ces dernières années avec la Direction générale des armées (DGA) pour mettre au point des techniques de bio-impression pouvant être déployées directement dans les blocs opératoires. L’unité d’impression est montée sur un bras robotisé et permet de produire une peau constitué d’un derme et d’un épiderme.

Le projet, conduit par un consortium composé de 3D.Fab, de l’entreprise Labskin Creations, du laboratoire des substituts cutanés des Hôpitaux civils de Lyon et du laboratoire d’ingénierie moléculaire et physiopathologie articulaire (IMoPA), devrait aussi passer prochainement le cap des essais cliniques. « Nous travaillons encore à la mise au point du procédé, notamment sur la partie robotique », explique Christophe Marquette.

Un défi technique et réglementaire

De l’aveu de Fabien Guillemot, le passage de la technologie à l’échelle supérieure est un véritable défi. « Comparé à l’impression de modèle pour les labos, c’est un autre monde », avoue-t-il « Il y a tout d’abord des critères nouveaux au niveau des dimensions du tissu imprimé. Nous passons de quelques centimètres carrés à, parfois, un mètre carré de tissu biologique. » Un constat partagé par Christophe Marquette : « Dans le cas de notre technologie, qui reste dans le bloc opératoire, il n’est parfois pas possible d’utiliser suffisamment de cellules autologues ou homologues pour refaire de la peau. Nous travaillons sur d’autres sources pour produire la peau, mais cela nécessite de répondre à de nouvelles exigences réglementaires ».

La question de la réglementation est également centrale chez Poietis « La peau bio-imprimée est classée en tant que « médicament de thérapie innovante » et doit ainsi répondre à de nombreuses exigences réglementaires. », explique Fabien Guillemot, « En tant que producteur de tissus et de l’imprimante nous devons nous conformer aux GMP (good manufacturing practices). Le niveau de fiabilité demandé au procédé est très élevé. »

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS