L'Usine Santé

La France a une carte à jouer dans la relocalisation de la chimie des médicaments

Julien Cottineau , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

A la une Avec le Covid-19, la France a découvert sa forte dépendance à l’Asie pour l’amont de ses productions pharmaceutiques. Un noyau dur d’ETI et de PME est pourtant solidement implanté sur le territoire. Et des solutions sont envisageables pour dynamiser le secteur.

La belle carte à jouer des Français dans la relocalisation de la chimie pharmaceutique
Chaque année, près de 2 000 tonnes de principes actifs sortent du site d’Oril industrie, à Bolbec (Seine-Maritime), une filiale de Servier.

Pourquoi tant d’inquiétudes sur la dépendance sanitaire ? La France est pourtant l’un des plus grands producteurs au monde de médicaments, solidement ancrée dans le top 5 européen. Sauf que l’idée qu’une usine produit de A à Z le médicament, tel qu’on le trouve en pharmacie ou à l’hôpital, est totalement erronée. Ces usines, dernier maillon de la chaîne, se concentrent sur le mélange du principe actif, l’API, (la molécule qui soigne) et les excipients (les matières permettant de protéger l’API et de donner la forme du médicament : comprimé, gélule, pâte, liquide…). En amont, dans l’ombre de la pharmacie, c’est l’industrie de la chimie fine qui produit les principes actifs, mais aussi les matières premières permettant de les synthétiser, sachant que cela nécessite une dizaine d’étapes de synthèse, voire une quarantaine pour les médicaments les plus complexes.

Ces vingt dernières années, la chaîne de valeur a été drastiquement modifiée. L’Europe, qui produisait près de 80 % de cette chimie fine, a passé le relais à l’Asie, Chine et Inde en tête. Les causes sont multiples : coûts salariaux et de production, pression sur les prix, tombée en masse des brevets qui a engendré l’explosion du marché des produits génériques moins chers, renforcement des réglementations environnementales et de sécurité en Europe par rapport à l’Asie. Ce qui rend aujourd’hui certaines étapes traditionnelles de synthèse hors normes. Sans compter les baisses de prix des médicaments pour mieux gérer les comptes sociaux. En France, elles sont estimées à 1 milliard d’euros par an depuis une dizaine d’années.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte