La BEI a décidé d'accompagner les investissements de Figeac Aéro

Engagé depuis plusieurs années dans une très forte dynamique de croissance, le sous-traitant aéronautique lotois Figeac Aéro vient de trouver une nouvelle solution de financement auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI) pour accompagner son plan d'investissement.

Partager


Crédit Marina Angel - Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro et Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

La Banque européenne d'investissement (BEI) vient d'officialiser la signature d'un prêt à hauteur de 25 millions d'euros pour soutenir les investissements en recherche et développement du sous-traitant aéronautique lotois Figeac Aéro. Il s'agit du premier financement de la BEI en France garanti par InnovFin MidCap Growth Finance (MGF), un produit financier développé dans le cadre d'Horizon 2020, le programme-cadre pour la recherche et l'innovation de l'Union européenne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Un produit développé spécifiquement pour soutenir le développement des PME et ETI innovantes", a précisé Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI à l'occasion de l'officialisation de cet accord avec Figeac Aéro, mercredi 27 janvier, à Toulouse (Haute-Garonne). Le prêt est accordé pour cinq ans, avec un taux de l'ordre de 2%. Une aubaine pour le sous-traitant lotois toujours en recherche de fonds pour accompagner son rythme d'investissements soutenus.

"Pour acheter les terrains, construire des bâtiments, acheter des machines, recruter et former des personnels, je n'ai pas de problème pour trouver des solutions auprès des banques traditionnelles. En revanche, pour financer de la R&D, c'est beaucoup plus compliqué", explique Jean-Claude Maillard, PDG et fondateur de Figeac Aéro.

Créée en 1989 à Figeac, dans le Lot, cette société de sous-traitance aéronautique s'est imposée très vite comme un acteur majeur de la filière aéronautique, avec une accélération du rythme de croissance et des investissements particulièrement soutenue depuis 2010.

En cumulé, la société lotoise a investi pas moins de 162 millions d'euros entre 2010 et 2015, avec une progression constante entre les 12 millions d'euros engagés sur 2010 et les 45 millions d'euros investis en 2015. Au programme : l'extension de son site de Figeac, mais aussi la construction de deux nouvelles usines en France, à Méaulte, en Picardie, dès 2011 et à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) en 2014, ainsi que l'implantation de quatre sites industriels à l'international, en Tunisie, au Maroc, au Mexique et aux USA, à Wichita, dans le Kansas.

55 millions d'euros d'investissements prévus en 2016

Et la course en avant n'est pas terminée. 55 millions d'euros d'investissements sont encore programmés pour 2016 et "le rythme devrait encore être très soutenu au moins jusqu'en 2020", avance Jean-Claude Maillard. L'ambition est claire : pour faire face à ses succès commerciaux (le carnet de commandes est passé de 1,9 milliard d'euros en 2013 à 3,7 milliards d'euros en 2015), la société doit continuer à accélérer son développement.

Elle a engagé en 2015, sur son site historique de Figeac, la construction d'un nouveau bâtiment industriel de 7 500 mètres carrés, qui sera entièrement dédié à la production de pièces moteurs pour le Leap (Leading edge aviation propulsion), dans le cadre d'un contrat majeur, évalué à plus de 500 millions de dollars, signé avec Snecma (groupe Safran). 40 millions d’euros seront investis dans cette usine présentée, selon Jean-Claude Maillard, comme "l’une des plus modernes d’Europe", une "usine du futur" saluée au printemps 2015 par le président de la République, François Hollande.

Cette nouvelle unité de production, entièrement robotisée et automatisée, et mettant en œuvre les technologies numériques les plus en pointe, occupera moins d’une cinquantaine de salariés. En parallèle, un second bâtiment de 11 000 mètres carrés sera également construit sur le site de Figeac d'ici fin 2016, pour la production d'éléments de structures d'avions de grandes dimensions. "Là aussi nous travaillons sur l'amélioration des process", souligne Jean-Claude Maillard.

650 à 750 millions d'euros de chiffre d'affaires attendus en 2020

Au 31 mars, Figeac Aéro devrait afficher un chiffre d'affaires annuel de 255 millions d'euros, contre 204 millions d'euros réalisés à mars 2015 (le chiffre d'affaires était de 162 millions d'euro en 2014 et de 137 millions d'euros en 2013). L'objectif est de franchir la barre des 500 millions d'euros en 2018, pour viser les 650 à 750 millions d'euros pour 2020. "Tout en maintenant un bon niveau de rentabilité", insiste Jean-Claude Maillard, qui a confirmé son intention, annoncée dès début janvier, de lever 80 millions d'euros supplémentaires au cours des prochaines semaines.

"Compte tenu de la dégradation actuelle du marché boursier, cette opération que nous aurions souhaité concrétiser avant la fin du premier trimestre 2016, pourrait être décalée de quelques semaines, voire quelques mois", a toutefois temporisé Jean-Claude Maillard. "Nous ne sommes plus autant dans l'urgence. Le prêt de la BEI nous apporte un peu d'oxygène pour programmer cette nouvelle levée de fonds dans de meilleurs conditions."

Le groupe Figeac Aero emploie actuellement un peu plus de 1 800 salariés, dont 1 050 à Figeac. Pour les trois ans à venir, le groupe prévoit un niveau global de l'ordre de 300 recrutements par an, dont un tiers en France et deux tiers à l'international.

Marina Angel

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    FIGEAC AERO
ARTICLES LES PLUS LUS