La BCE va débattre des indications qu'elle donne aux marchés-De Guindos

LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - La prochaine réunion de la Banque centrale européenne (BCE) sera l'occasion de débattre de l'évolution des indications qu'elle donne aux marchés sur l'orientation future de sa politique après l'adoption d'un nouvel objectif d'inflation plus symétrique, a déclaré lundi son vice-président, Luis De Guindos.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La BCE va débattre des indications qu'elle donne aux marchés-De Guindos
La prochaine réunion de la BCE sera l'occasion de débattre de l'évolution des indications qu'elle donne aux marchés sur l'orientation future de sa politique après l'adoption d'un nouvel objectif d'inflation plus symétrique, a déclaré Luis De Guindos. /Photo prise le 23 janvier 2020/REUTERS/Ralph Orlowski

"La semaine prochaine, nous discuterons d'une nouvelle 'forward guidance' qui inclura la nouvelle définition de la stabilité des prix", a-t-il dit lors d'un événement organisé par le cercle de réflexion OMFIF à Londres.

"La formulation des indications sur l'orientation future de la politique monétaire doit être modifiée pour inclure la nouvelle définition de la stabilité des prix."

Cette nouvelle définition, dévoilée jeudi dernier avec les conclusions de la revue stratégique menée par la BCE, vise désormais un taux d'inflation dans la zone euro de 2% et non plus "proche de, mais inférieur à 2%".

Jusqu'à présent, la BCE indiquait à l'occasion de chacune de ses réunions de politique monétaire qu'elle maintiendrait ses mesures de soutien aussi longtemps que nécessaire et qu'elle laisserait ses taux d'intérêt à leur niveau actuel tant que les anticipations d'inflation n'auraient pas convergé "durablement" vers son objectif.

Luis De Guindos a aussi déclaré lundi que si l'économie de la zone euro était actuellement en phase de reprise, sa situation restait "fragile" en raison de la situation sanitaire et que certains pays, comme l'Espagne, ne se redressaient pas aussi vite que l'Allemagne.

"Il nous faudra maintenir des conditions de financement favorables", a ajouté celui qui fut ministre de l'Economie en Espagne. "Le retrait des soutiens budgétaires et monétaires doit être très prudent, très graduel et ne doit pas être prématuré."

(Reportage Marc Jones à Londres et Francesco Canepa à Francfort, version française Marc Angrand)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS