La BCE s'intéresse à l'actionnariat de Deutsche Bank

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) envisage d'effectuer un contrôle sur la famille royale du Qatar et le groupe chinois HNA, les deux principaux actionnaires de Deutsche Bank avec chacun un peu moins de 10% de la première banque allemande, rapporte une source du régulateur européen.
Partager
La BCE s'intéresse à l'actionnariat de Deutsche Bank
La Banque centrale européenne (BCE) envisage d'effectuer un contrôle sur la famille royale du Qatar et le groupe chinois HNA, les deux principaux actionnaires de Deutsche Bank avec chacun un peu moins de 10% de la première banque allemande. /Photo prise le 18 mai 2017/REUTERS/Ralph Orlowski

"Il est en effet exact que la BCE passe en revue ou qu'elle envisage de passer en revue l'actionnariat", a dit la source sous le sceau de l'anonymat, confirmant une information du journal Süddeutsche Zeitung.

La BCE et Deutsche Bank ont refusé de commenter ces informations.

Un porte-parole des services du cheikh Hamad ben Jassim ben Jabr al Thani n'était pour sa part pas disponible dans l'immédiat.

Le ministère allemand des Finances, quant à lui, a dit avoir pris note de ces informations mais s'est refusé à tout autre commentaires.

L'objectif d'un tel contrôle demeure flou mais en général il a pour but de vérifier la solidité financière de l'investisseur et l'origine des fonds investis.

Cette procédure d'approbation vise à s'assurer que seuls des actionnaires fiables entrent dans le système bancaire afin d'empêcher les perturbations dans son fonctionnement, peut-on lire sur le site web de l'institut d'émission.

En principe, la procédure n'est déclenchée que si un actionnaire possède plus de 10% du capital ou des droits de vote d'une banque, mais elle peut aussi être décidée si l'actionnaire, même sous 10%, a une "influence significative" sur la gestion de l'établissement.

Le Qatar, qui est actionnaire de Deutsche Bank depuis 2014, et HNA, entré cette année au capital, possèdent chacun un siège au conseil de surveillance de la banque.

Si le résultat de la revue est négatif, la BCE peut interdire à l'actionnaire d'exercer ses droits de vote.

La semaine dernière, l'Allemagne est devenue le premier pays de l'Union européenne à renforcer sa réglementation en matière de prises de participations étrangères, en réponse aux inquiétudes suscitées par la prise de contrôle de savoir-faire ou de technologies par des entreprises chinoises notamment.

Le Qatar fait face actuellement à des pressions politiques et économiques: ses voisins, dont l'Arabie saoudite, ont rompu le mois dernier leurs relations et accusent le petit Etat du Golfe de financer le terrorisme et de frayer avec l'Iran, des allégations que Doha réfute.

Deutsche Bank voit dans les participations du Qatar et de HNA un signe de confiance qui pourrait encourager d'autres investisseurs, petits et grands.

En mai, la BaFin, l'autorité de régulation des marchés financiers allemands, avait salué l'investissement de HNA. "Nous estimons qu'il est fondamentalement positif que ce capital soit investi dans des banques allemandes. Cela inclut bien entendu des capitaux étrangers et bien sûr des capitaux chinois", avait déclaré à l'époque le président de la BaFin, Felix Hufeld.

La procédure d'examen en cours ne signifie pas en soi que Deutsche Bank ait commis un impair mais elle survient à un moment délicat pour la première banque allemande.

Deutsche Bank, qui se remet à peine d'une longue série de scandales financiers et de litiges aux Etats-Unis pour ses pratiques passées, est à un tournant stratégique en raison de l'incertitude économique mondiale et des conséquences du Brexit.

L'action Deutsche Bank a terminé en repli de 0,12% à la Bourse de Francfort.

(Arno Schütze, Balazs Koranyi, Alexandre Hübner, Frank Siebelt, Tom Sims; Catherine Mallebay-Vacqueur et Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison et Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS